• Accueil
  • > Archives pour novembre 2007

Archives pour novembre 2007

Godard destructeur massif du patrimoine Historique Clermontois!

Voici deux photos de l’ancienne rue de la barrière de Jaude.

ancienjaude2.jpg

Nous apercevons sur la gauche ( la photo du haut) sur la droite (la photo du bas), sur les immeubles des siècles derniers avec leurs façades en pierres de Volvic arborées d’immenses balcons en garnitures de fer forgé très bien imaginés par les artisans de jadis. Mais aussi la construction de ces maisons a été constituée de pierres de Volvic, imbriquées les unes sur les autres comme un gigantesque puzzle. Maintenant les constructeurs de bâtiments ne sont plus capables de refaire ce type de construction de 3 voire 5 étages.

ancienjaude.jpg

Le journal La Montagne du 05/08/06.

Donc oui les Clermontois sont en deuil du patrimoine Historique de leur ville qui disparaît sont les feux des dirigeants, après le centre Jaude dans les années 80 puis le carré Jaude 1 maintenant celui de Jaude 2.

C‘ est la 3ème guerre mondiale!!!!!!

Jaude est sous les bombardements de mortiers!!

Godard destructeur massif du patrimoine Historique Clermontois! dans Histoire de l'Auvergne jaude

Le journal La Montagne du 29/11/07.

Et voici le massacre des éléphants qui écrasent tout sur leurs passages, avec aucune pitié. Oui Clermont est malade.

La méthode pour démolir les vieilles maisons.

C’est simple, quand les propriétaires demandent de restaurer les façades de leurs maisons, le maire refuse à chaque fois. Afin de faire voir à l’ensemble des clermontois qu’il détruit des vieilles maisons, toutes dégradées, non entretenues, c’est une très bonne stratégie de sa part.

sanstitre16 dans La politique de Clermont-Ferrand

Mais aussi le futur immeuble pour le conseil général, où 8000 mètres carrés qu’occupait l’espace de 2 anciennes belles maisons en pierre de Volvic rue Maréchal Joffre pour faire du béton. (Square Michel de l’Hôspital).

Et encore bien avant avec le quartier de La Place Delille,

anciendellile.jpg

L’entrée de la Manutention Militaire rue des Jacobins, le bâtiment se trouvait entre cette rue et l’avenue G. COUTHON.

anciendellile2.jpg

Les maisons qui se situent à gauche de la rue des Jacobins sont remplacés par l’avenue !!!

 

anciendellile3.jpg

Mais aussi sur cette photo où on se trouve près du boulevard Trudaine. Regardez en haut à gauche la façade de l’immeuble avec les 4 colonnes et la suite des maisons de gauches ont disparus au profit d’un hôtel style néo-martien par rapport aux autres immeubles de la place.

Depuis des décennies la ville aura été détruite, assassinée, massacrée par des dirigeants sans états d’âmes, avec du béton à la place d’un cœur. C’est le riche patrimoine Historique de Clermont-Ferrand qui disparaît.

Touristes rebroussés le chemin!!!, il n’y a plus rien à visiter sur Clermont, puisque à chaque rue de la cité, nous trouvons des immeubles en boite de bétons (verrues) avec aucun charme à la place des belles maisons typiques en pierres de Volvic. Nous en trouvons partout, dans chaque quartier de la ville, nous les comptons par dizaines!!!! pour faire du chiffre.

Prenons exemple de l’immeuble qui fait l’angle entre la rue Gonod et la rue de Lagarlaye, c’est un style néo-martien qui défigure complètement Clermont-Ferrand. Il est disproportionné par rapport aux autres maisons.

Pour cela il faut dire merci aux socialistes qui dirigent cette ville depuis plus de 60 ans, au profit de leurs intérêts, qu’à celle de l’intérêt général.

Même l’architecte des bâtiments de France, se bat contre le Maire de la ville!!!

 

Les harcèlements des mandataires et des responsables.

Les groupes EDF et Renault ont connu 5 cas de suicide depuis octobre dernier, et Peugeot a été confronté à un cas et une tentative, tous deux confrontés à une série de suicides en quelques mois, les responsables des groupes ont décidé de mettre en place «une mission d’écoute et de compréhension» pour le premier, «un plan d’action» pour le second.
Un chiffre, extrapolé à partir d’une étude menée en 2003 en Basse-Normandie, fait état de 300 à 400 suicides par an au travail en France. Cette estimation est bien en deçà de la réalité. Le problème, c’est qu’on ne dispose d’aucune étude nationale sur le sujet. En France, on comptabilise le suicide des adolescents et celui des personnes âgées mais pas le suicide au travail. Quelques mots griffonnés maladroitement sur une feuille. «Je ne suis plus assez forte. Trop de pression au travail.» Puis des paroles d’adieu et d’amour à son mari et à ses deux enfants. Le corps d’Isabelle Béal a été repêché le 8 mars dernier dans un bras mort de l’Ain, à l’est de Lyon. La lettre a été retrouvée dans sa voiture, abandonnée un peu plus loin. Selon les premiers éléments de l’autopsie, cette mère de famille de 41 ans se serait suicidée en absorbant une forte dose de médicaments. Isabelle Béal était chef de groupe dans le restaurant d’entreprise Sodexho de l’usine Renault Trucks à Saint-Priest (Rhône), dans la banlieue lyonnaise. Un poste «stressant», disent ses collègues de travail. «Depuis six mois, elle vivait très mal la pression qu’elle devait porter sur ses épaules, elle ne parlait que de ça, mais je ne pensais pas qu’elle en arriverait là», explique son mari Franck Galliano. Le 27 février dernier, comme chaque mardi soir, Isabelle Béal a déposé son fils de 10 ans chez une de ses amies, pour qu’il y passe la nuit. Elle lui a dit : «A demain.» Et n’est jamais rentrée chez elle. Son compte en banque indique qu’elle est passée au péage de Beynost, dans l’Ain. Son mari a multiplié les recherches, il est même allé jusqu’à louer un hélicoptère. Les gendarmes finiront par retrouver le corps huit jours plus tard.

Mais les pressions et les harcèlements sont aussi entre administrations et administrés

Dés le départ, la « machine » administration laisse dégénérer en harcèlement moral des situations qui n’auraient dû être que de simples contentieux, si elles s’étaient réglées d’humain responsable à humain responsable. Mais, au lieu de cela, chacun se retranche derrière le système ou le règlement et, de la sorte, on n’a plus en face de soi une personne victime, mais un pion qui gêne. » Administrations et administrés.

L’existence de harcèlement moral au sein des administrations est établie. La citation proposée en introduction se rapporte d’ailleurs à ce contexte.

Mais qu’en est-il du comportement individuel ou collectif des personnels administratifs vis-à-vis des administrés ? Existe-t-il des menées qui puissent être qualifiées de « harcèlement moral » d’une expression déjà accommodée à bien des sauces ? On retrouve les techniques perverses mises en oeuvre grâce aux expropriations et aux saisies Quels sont les points communs éventuels ? Quelles sont les différences ?

Il ne serait pas exagéré d’assimiler au harcèlement moral avec les abus de pouvoir et tous les comportements même stupides ou malhonnêtes de quelques administrations. Il existe une différence entre comportement abusif et harcèlement proprement dit : avant tout la mise en oeuvre répétée de techniques perverses atteignant la personne humaine au plus profond.

Le harcèlement des administrations et dans la sphère privée a été dévoilé par la parole des victimes, convenablement relayée. Dans l’hypothèse où le harcèlement par les administrations n’est pas une vue de l’esprit, il est prévisible que les victimes éventuelles souhaiteront le « dire ». Il suffirait peut-être d’ouvrir un espace de témoignage consacré au problème pour aider à naître cette autre parole.

Personnels administratifs.

Une administration est constituée de personnels administratifs. Mais l’administration est une abstraction, tandis que les personnels administratifs sont bien réels et sont responsables de leurs actes, comme tout le monde, même lorsqu’ils prétendent se réfugier auprès de nouvelles abstractions, les textes et règlements. A Clermont-Ferrand les personnels administratifs concernés relèvent par exemple de la fonction publique comme (La mairie, Le SMTC, Clermont Communauté,etc…), de certains organismes privés ou d’organismes dont le statut ou la pratique sont devenus tels qu’on ne sait plus s’ils assurent un service public ou ont une activité commerciale ou industrielle conventionnelle : EDF-GDF, offices de HLM, France telecom, etc. Sans présumer de l’avenir, voici quelques questions qui nous semblent susceptibles d’être soulevées parce qu’elles sont connexes au thème du harcèlement :

- Les phénomènes de mise en échec des victimes éventuelles, notamment par les instances de recours (tribunal administratif, tribunal d’expropriation ?).

- Les comportements à caractère narcissique des personnels administratifs. Leur capacité ou incapacité à reconnaître les erreurs ou fautes éventuelles et à en assumer les conséquences.

-Les attitudes éventuelles de déni de responsabilité. Les phénomènes éventuels d’appropriation de la position de victime par les personnels administratifs ou de projection de leur sentiment de culpabilité sur ceux qu’ils sont sensés servir.
- Les jeux éventuels de provocation à la faute.
- Les phénomènes éventuels de pressions ou d’exigence de mensonges.
- La relation avec les particuliers au cas par cas .
- Le comportement des administrations dans les instances administratives.
- Les agissements éventuels de nature à entraîner l’exclusion sociale, voire la mort, par exemple par la suppression de tout moyen de subsistance à l’administré ou en saisissant le terrain, la maison par « intérêt public » pour une boucher de pain.

Harcèlement après le harcèlement.

Pourquoi envisager l’existence de cette forme de harcèlement ? Voici le constat collectif qui constitue notre point de départ. Plusieurs d’entre nous ont rencontré de nombreuses victimes de harcèlement au sein d’association(s). On parle. Incidemment, il est apparu, sur le mode de la confession, que certaines victimes ont subi des procédures d’expropriations, de saisis. Une personne en parle. Puis une seconde. Une troisième. On finit par se poser des questions. On finit même par poser systématiquement la question : « avez-vous eu des pressions de la part des administrations ? » À une grande majorité, les victimes avouent : Oui, j’ai eu des problèmes avec les abus de pouvoirs. Lesquels ? Un peu de tout. Enquêtes parcellaires, avalanche de lettres recommandées, impossibilité d’un dialogue véritable, dénis s’appliquant aux faits ou aux circonstances, poursuite obstinée de longues procédures contentieuses, courriers sans réponse ou répondant à côté, saisis des terrains, destructions de maisons équivalent à la mise à mort économique de la victime au moment où elle a besoin d’aide, refus des agents concernés de reconnaître la moindre erreur ou rejetant la responsabilité de leurs actes sur les textes, et bien d’autres coïncidences évoquant les agressions perverses,comme arbitraires ou abusives et autres avanies.

Or des personnes qui ont connus une situation de harcèlement pour la réalisation du tramway à Clermont.

Nous avons une pensée pour un habitant qui restait rue des Rivaux à Aubière, Monsieur B qui a été victime des méthodes avec de surprenants aspects de familiarité, avec l’expropriation de son terrain et la destruction de sa maison qu’il a construite de ses propres mains.

Cliquez sur le terrain et la maison de Monsieur B. C’est maintenant la station Rivaux.

Aprés avoir subit des pressions des responsables du SMTC comme le confirme le rapport d’avis motive et conclusion du commissaire enquêteur de l’enquête parcellaire relative a la réalisation de la ligne de tramway nord-sud , Mars avril 2004.

Le commissaire a écrit:

Madame B fille de Monsieur B: » explique la situation de son père, et dénonce un véritable harcèlement de la part du SMTC, qui dure depuis plus de 7 ans !!! »

Au mois de Juillet 2004 il est retrouvé, pendu dans sa maison!!

Et bien sûr d’autres riverains de la ligne du tram ont aussi étaient victimes de tels agissements.

Pour connaître le mode d’emploi contre les pressions et d’harcèlements des administrations il faut Cliquez ici.

Destruction Haussmannienne du maire.

Quartiers  d’Estaing, de la République et de Kessler.

destruction1.jpgLa Montagne 27/09/05.

sanstitre1.jpgLa Montagne 27/09/05.

        http://www.crous-clermont.fr/Detail_Information.php?id=1587  quartier Kessler.Absences d’idée et de goûts des architectes et des dirigeants de Clermont-Ferrand encore et toujours en BETON !!! Mais ou son passé les vieilles maisons en pierre de Volvic. Les promoteurs et les élus de la ville de Clermont-Ferrand veulent faire du chiffre d’affaires en entassant beaucoup de monde avec peut de terrains. Mais pourquoi faire ? Mais oui, c’est pour avoir des voix pour les élections municipales de 2008  et aussi pour grossir le porte de feuille du maire. Comment développer le ridicule caractère architectural de la majorité des nouvelles constructions qui sortent maintenant de terre et qui feront malgré cela notre embellissement du futur ? Les bâtiments se coïncident tous en ossature, ou les pouvoirs du Béton et du plastique sont roi.  Nul approfondissement, tout est conforme pour les responsables. Eh bien non, le grenelle de l’environnement remet tout en cause les constructions de demain. Donc les nouveaux logements du quartier d’Estaing avec plus de 300 résidences ne sont plus aux normes et de même de ceux du quartier de la République avec ces 4000 logements, et de même la maison universitaire  au 9 rue Kessler à Clermont avec ses 41 logements spacieux de type hôtelier de grand standing appartiennent au passé, maintenant on est au « écoconstruction » qui a commencé à la fin des années 1960 !!! Alors là on ce pose des questions, pourquoi on construit toujours des maisons en Bétons en 2007 ???? La faute à qui, à quoi? 

Des ingénieurs, spécialistes mais surtout des élus qui veulent faire croire que «C’est la loi du marché», en expliquant que le prix des terrains augmente, que le prix de la construction aussi et qu’il faut bien, dans ces conditions, FAIRE DU CHIFFRES D’AFFAIRES. Ils s’en moquent de  la qualité architecturale du bâti et même si les façades font parfois figure de verrues en rompant l’harmonie de la rue.  Ce qui évidant, dans un siècle, aucun touriste ne voudra  se hasarder à visiter Clermont-Ferrand  avec des immeubles en bétons standard !!!

La représentation d’écoconstruction.

maisonecologique1.jpg

Elle comporte à concevoir un bâtiment doté des technologies lui permettant de respecter au mieux l’environnement et l’Écologie dans son édification, en cherchant à s’imprégner le plus respectueusement possible dans un milieu en utilisant des ressources naturelles et locales. Cette méthode de bâtiment  utilise des matériaux naturels de construction et d’isolation tels que la pierre, la brique de terre, le chanvre, la paille, le bois, la plume d’oie, la laine de mouton,… ainsi que des énergies renouvelables et naturelles comme l’énergie solaire passive, les panneaux solaires, une éolienne, du biogaz,…, elle peut intégrer des systèmes de traitement (phytoépuration,…) et de récupération d’eau. 

Les principes directeurs de l’écoconstruction sont repris par la notion de haute qualité environnementale qui définit 14 cibles d’action portant sur la construction et les choix en matière d’entretien et d’usage pour un plus grand confort et une meilleure protection de la santé. 

Les erreurs.

 destruction2.jpgLa Montagne 20/10/07.

 

accident.jpgLa Montagne 30/10/07.

        «Parce que seule compte le profit, pas le résultat. L’essentiel est de édifier le moins cher possible, avec le plus de marge possible» disent les élus de Clermont et les responsables. On le voir aussi en centre ville avec l’impressionnante  catastrophe à l’angle de la rue Gabriel-Péri et de la rue Torrilhon à Clermont-Ferrand. Comme le rappel l’édition du 20/10/07 il y a un dynamisme immobilier sensible dans de nombreux quartiers Clermontois. Avenue jean-Jaurés, quartier Saint-Jacques, Boulevard Lavoisier, Avenue Bergougnan ou du Puy-de-Dôme, le groupe ACI se multiplie… « A raison de 80 à 100 logements par an, nous avons des programmes prévus jusqu’en 2011 » » explique Yves Dissard. Il développe «  il y a aujourd’hui à Clermont, un dynamisme  que nous  ne connaissons plus ces dernières année, avec des projets qui se multiplies ». Oui Monsieur, mais aussi des grosses âneries en voulant détruire rapidement des maisons en ne connaissant pas du tout la nature des terrains ainsi que l’on a vu le lundi 30/10/07 en cours de journée, une pelle mécanique de la société Margoum, chargée de raser les anciens immeubles de ce quartier en pleine rénovation s’est enfoncée dans les caves. Aucun blessé n’a été à déplorer. Mais, le patron de la société indiquait que le premier niveau de cave avait été comblé mais que nul n’avait connaissance des niveaux inférieurs. Les conducteurs s’employaient encore vers 19 heures à  extraire la pelle de sa fâcheuse posture. Et oui rapidité  sonne avec stupidité. C’est comme vers la rue du Puits Artésien ou un immeuble a été construit sur une rivière souterraine et maintenant il y a d’énormes pompes qui déversent l’eau en permanence dans les égoux. Mais aussi ingéniosité rythme avec imbécillité. Et c’est ça 70 ans de Socialisme à Clermont !, on cache beaucoup trop d’idioties aux Clermontois. 

 

R-I-D-I-C-U-L-E.

Pour valoriser le joujou du maire, on fait croire aux Clermontois que le tram est très convoité par plusieurs villes de France : Paris, Dijon, etc…, par les pays d’Europe : l’Espagne, l’Italie, la Suisse etc.., par le monde : la Chine, le Japon, la Corée, Brésil etc. Et pourquoi pas la Tanzanie, dans le désert du Sahara, ou alors dans la forêt Amazonienne, tout cela effleure le R-I-D-I-C-U-L-E.

Toutes ces délégations que le SMTC nous mettent en propagande frisent le R-I-D-I-C-U-L-E. On peut vous dire tout et n’importe quoi, ces délégations sont simplement venue regarder ce type de matériel unique dans le monde, pour connaître les avantages et les inconvénients. Comme elles le font avec d’autres modes de transports: Bombardier, Astome, Iveco, Man, Mercedes, etc dans d’autres villes. Avant que celles-ci prennent de bonnes décisions pour leur ville.

Mais contrat oblige la ville de Clermont et le SMTC avec l’entreprise de Lohr ont signé une charte qui les lie pour faire vendre les mérites de ce matériel, une sorte de « Club du Translohr » encore R-I-D-I-C-U-L-E.

Pendant trois jours Clermont-Ferrand ou plutôt La grande hall d’Auvergne accueille le salon du groupement des autorités responsables des transports (GART). Avec plus de 3.000 personnes attendues : d’élus, décideurs économiques, industriels et dont le secrétaire d’Etat aux transports, Dominique Bussereau. Mais aussi des bureaux d’études, ingénieries, organismes de recherche, opérateurs et autorités organisatrices du transport. Michel Destot, président du GART et Anna Paula Vittorino, secrétaire d’Etat aux transports du Portugal.

Tout ce petit monde participe au thème général « Du transport à la mobilité durable », mais bien sûr les représentants viennent tous en voiture particulière au salon du GART « liberté oblige », mais aussi le tram n’arrive même pas à la grande Halle d’Auvergne.

Et là c’est le comble du R-I-D-I-C-U-L-E.

Il y a un diction qui dit  » Fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu’on te fasses. » Donc les dirigeants ne doivent pas priver la liberté de leurs citoyens, qu’ils utilisent aussi les (leurs) transports en commun.

ARRETS, STATIONS, GARE. Mettons les points sur les « i ».

ARRET SNCF LA ROTONDEphoto061.jpgphoto058.jpgphoto059.jpgphoto063.jpgphoto062.jpg

     L’arrêt de la Rotonde est un lieu d’arrêt, un train se trouvant de chaque côté de la voie, il est construit pratiquement de la même manière que celui de l’arrêt de bus avec 2 quais pour recevoir les voyageurs de chaque côté de la ligne, et sur les côtés des abris avec des bancs, un point information et pour le compostage des billets. Donc c’est un arrêt.

ARRET BUS

   arretleo2000.jpg   

 L’arrêt de bus est un lieu avec un  simple abri et un banc pour les voyageurs et ainsi qu’un point information. Le compostage des billets se trouve à l’entrée du bus. C’est un arrêt.

 STATION LA PARDIEU photo070.jpg
 
photo069.jpgphoto067.jpgphoto064.jpg    

 C’est là qu’il y a confusion pour l’agglomération Clermontoise et pour des voyageurs étrangers. La Pardieu SNCF est un lieu d’arrêt pour les trains de chaque côté de la voie. Il y a bien sûr le compostage de billets, comme à l’arrêt de la Rotonde de même des abris de chaque côté du quai avec des bancs et des points informations. Mais ce qui change de l’arrêt, c’est  que l’on trouve un point de vente  billetteries comme dans les stations de tram. On remarque il n’y a pas  de chef de gare, ni d’hôtesse, même pas de commerce. Un lieu de fréquentation identique que les stations de tramways. Donc La Pardieu est une station et non une gare comme une minorité absurde pense fortement. Ce nom de « gare » a été subtilisé pour avoir les subventions de l’Etat pour pouvoir construire la ligne de tram. Donc maintenant il faut remettre les choses en placent à  La Pardieu c’est une station SNCF. Sinon toutes les stations de tram sont des gares!!!

      STATION TRAM CHU  billet.jpg

    C’est un lieu d’arrêt de rames de chaque côté de la voie. Nous avons  un point de vente de billets, un point d’informations de chaque côté du quai avec des bancs, le compostage des billets se fait dans le tram. Donc c’est bien une station comme celle de La Pardieu SNCF.

 GARE SNCF DE CLEMONT-FERRAND

gare1.jpg
     Une gare ferroviaire est un lieu d’arrêt de  plusieurs trains. Une gare comprend diverses installations qui ont une double fonction: Permettre la montée ou la descente des voyageurs, ou le chargement et le déchargement des marchandises ; pour certaines d’entre elles, assurer des fonctions de sécurité dans la circulation des trains. A l’origine de la création des chemins de fer furent appelées « embarcadères » (lieu d’embarquement) par analogie avec la voie d’eau, ou parfois « débarcadères ». À noter que le terme de gare, venu de la voie fluviale, désignait sur les lignes à voie unique, les points dotés d’une voie d’évitement (de garage) destinée à permettre le croisement des trains. Le mot a été ensuite étendu au mode routier, dans lequel il désigne aujourd’hui, sous le terme de gare routière: soit un lieu de correspondance entre de nombreuses lignes de transports en commun (autocars, autobus …). C’est un lieu de transbordement de marchandises, généralement doté d’entrepôts importants.  Bien sûr il y a la vente des billets et le compostage de celui-ci, mais aussi dans une gare nous trouvons un  chef de gare qui s’assure que tous les passagers sont bien montés et que les marchandises ont bien été chargées; des hôtesses pour renseigner les voyageurs et aux étrangers qui débarquent ; des guichetiers ;  les porteurs de bagages etc.…  Mais aussi  des commerces à l’intérieure (bar, presse, restaurants, etc.…)  tout ce que l’on ne trouve pas à la station La Pardieu.

Anecdote.

    Alors que nous nous sommes rendu à cette fameuse aberration « de gare La Pardieu » pour prendre des photos. Nous avons été interpellés par un voyageur, un étranger comme dirait Fernand Raynaud  qui avait pris le tram croyant se rendre  à la Gare de Clermont-Ferrand. Malheureusement, il a été très surpris de l’activité de celle-ci. Bien sûr Clermont-Ferrand est une ville de province, mais  qu’en même c’est la capitale Auvergnate pas le bout du monde. L’air très  abasourdi devant  cette stupidité « de gare La Pardieu », pour lui rendre service nous l’avons conduit directement à la Gare au lieu de prendre le tram qui l’aurait retardé de son important rendez-vous, mais devant la vraie et unique Gare de Clermont-Ferrand.


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
novembre 2007
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Sondage

la ligne de tramway est-elle bruyante pour les riverains?

  • oui (81%, 4  942 Votes)
  • non (19%, 1  195 Votes)

Nombre de votants: 6137

Chargement ... Chargement ...

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


Si! ci toi ! |
Aider les enfants en diffic... |
INFOBENIN |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MY SECRETS
| melimelo
| francesondage