Auguste Ricard de Montferrand, un génie à la cour du tsar.

ademontferrand.jpg

Henry, Louis, Auguste Ricard né le 23 janvier 1786 à Paris, dans la paroisse de Chaillot au 16e arrondissement. Il est le fils de Benoît Ricard originaire de Montferrand (Puy-de-Dôme) et de Marie Françoise Louise Fistion. Donc le paronyme de la ville de Montferrand est apposé dès son enfance à Auguste par sa mère et ses oncles, en référence aux origines de son père et de ses ancêtres. Son grand-père, Ligier Ricard, architecte et entrepreneur en bâtiment, habitait rue de la Rodade et travailla, en particulier, à l’arasement des rues de l’axe nord-sud de Montferrand dans les années 1730, sous la direction de l’intendant Trudaine. Son cousin Étienne Thévenot également petit-fils de Liger fut un autre Montferrandais célèbre, inspecteur des Monuments historiques, peintre-verrier et créateur des vitraux de l’église Notre-Dame-de-Montferrand. Auguste Ricard de Montferrand est malheureusement peu connu en France, et encore moins  en Auvergne dans la cité Montferrandaise. Pourtant c’est un architecte célèbre en Russie, il entre à vingt ans à l’École royale d’architecture, mais doit bientôt s’enrôler dans l’armée napoléonienne et combattre en Italie puis à Dresde en 1813. Après l’abdication de Napoléon en 1814, Auguste reprend ses travaux d’architecte et participe, notamment, à la construction de l’église de la Madeleine à Paris. En 1814, à l’occasion d’une visite du tsar Alexandre Ier à Paris, cherchant un architecte pour la reconstruction de l’église Saint-Isaac, Auguste présente à celui-ci un recueil de vingt-quatre dessins à l’aquarelle différents projets architecturaux (un album de dessins et de projets divers : bibliothèque publique, colonne triomphale, statue équestre…) qui plaisent à l’empereur de toutes les Russies et lui valent d’être invité à un voyage en Russie et se rendre à Saint-Pétersbourg en 1816. Il est nommé architecte de la cour et architecte en chef de la reconstruction de Saint-Isaac. Il restera en Russie 41 ans jusqu’à sa mort.

La reconstruction de Saint-Isaac.

Auguste Ricard de Montferrand, un génie à la cour du tsar. dans Histoire de l'Auvergne eglisedisaac

Auguste Ricard de Montferrand réalise un album de 34 dessins qui sont présentés au Tsar le 21 décembre 1816. Son projet est accepté. La première pierre est posée le 26 juillet 1819. Les travaux pour les fondations commencent juste après et durent cinq années. Les 36 colonnes de granit sont extraites en Finlande. Ricard de Montferrand doit mettre au point des techniques très élaborées pour leur transport et leur pose. La première colonne est érigée le 20 mars 1828. Les murs et les piliers intérieurs sont terminés en 1836 et il faut attendre 1848 pour que la coupole du dôme soit finie de dorer. Dix années seront encore nécessaires pour que l’ensemble soit terminé.Le résultat est à la mesure des aspirations du Tsar et des ambitions de l’architecte qui souhaitait que sa cathédrale puisse être comparée aux plus somptueuses de toutes comme Saint-Pierre de Rome ou Saint-Paul de Londres. Après 39 ans de travaux, le tsar Alexandre II inaugure la cathédrale le 30 mai 1858.

Autres projets, donc la célèbre cloche des tsars.

tsarkolokollatsarcloche3.jpgtsarkolokollatsarcloche2.jpg

Entre temps, Auguste Ricard de Montferrand réalisa d’autres de ses célèbres projets qui sont : La conception et l’érection de la colonne d’Alexandre en 1836. L’architecte s’inspire de la colonne Trajan à Rome et se procure les roches granitiques nécessaires à la construction dans une carrière en Finlande. Trois mille soldats sont réquisitionnés pour l’érection de la colonne, qui pèse 600 tonnes et mesure 47,5 mètres. La colonne alexandrine siège maintenant sur un piédestal à Saint-Pétersbourg et d’autres projets privés à Saint-Pétersbourg. Elle valut à Ricard de Montferrand les éloges du tsar qui lui dira : « Montferrand, vous vous êtes immortalisé ! ». Désormais, il reçoit également une pension et il achète un hôtel particulier au 86 quai de la Moïka. De même, en 1836, Auguste Ricard de Montferrand parvient par des procédés ingénieux, à extraire des cavités de la terre une cloche moscovite nommée « la reine des cloches ». Fondue en 1733 elle mesure 5,8 m de hauteur et pèse 210 tonnes et. Un incendie en 1737 l’avait fait éclater, elle était restée en partie enterrée et Auguste Ricard de Montferrand créa le support (piédestal) de la célèbre cloche des tsars installée dans l’enceinte du Kremlin.. Cette année 1836 est riche en évènements puisqu’il épouse Eloïse Virginie Véronique Pic dite de Bonnière, née à Saint-Cyr de Vaudreuil le 7 brumaire an VI et décédée à Meulan le 6 février. Il réalise plusieurs projets dont l’hôtel Lobanov-Rostrovski (1817-1820), des galeries marchandes et l’église du complexe de la foire industrielle de Nijni-Novgorod (1817-1822), à Moscou, il dessina le « Manège » (1817-1825) qui sert actuellement de salle d’exposition.

petersbourgcolonne.jpg

Le fondateur de l’éclectisme.

bustedeamontferrand.jpg

Selon Catherine Chatin, « le français Auguste de Montferrand fut l’architecte le plus important du néo-classicisme tardif, appelé en Russie Bas Classicisme, et le fondateur de l’éclectisme ». La cathédrale Saint Isaac est révélatrice de l’évolution de l’architecture en Russie au dix-neuvième siècle. L’utilisation des structures métalliques est audacieuse, l’architecture est influencée par l’orientalisme indien et mauresque. L’éclectisme est la réutilisation de formes anciennes et s’inspire de cultures très variées pour créer des formes ou des décors originaux. De nombreux documents de la main même de l’architecte (aquarelles, dessins, plans, commentaires, notes de travail…) permettent de mieux comprendre son travail et de juger ses réalisations à leur juste valeur.
Une vie calme et studieuse et ne participait pas aux fêtes de la cour, Auguste de Montferrand décède le 10 juillet 1858(le 28 juin du calendrier julien) à Saint-Pétersbourg des suites d’une crise aiguë de rhumatismes survenue après une pneumonie, un mois après la consécration de « sa » cathédrale Saint-Isaac. Il voulait être enterré dans la cathédrale Saint-Isaac mais, étant catholique, ce n’était pas envisageable dans une église orthodoxe. La cérémonie eut donc lieu à la cathédrale Sainte Catherine puis le cortège fit trois fois le tour de la cathédrale Saint-Isaac en hommage à son constructeur. Sa veuve fit  ramener son corps à Paris où il fut inhumé dans le cimetière de Montmartre et son inhumation eut lieu le 9 novembre 1858 au cimetière Montmartre à Paris. En souvenir de sa mère et de ses oncles, dira-t-il dans son testament, qu’il décida plus tard de se faire appeler Auguste Ricard de Montferrand.

1 commentaire à “Auguste Ricard de Montferrand, un génie à la cour du tsar.”


  1. 0 Jean RP 31 août 2016 à 3:48

    Hello, un point de vue appréciable. Plus d’infos sur l’optimisation de vos coûts d’achat de contacts

    http://adon-immo.com/fr/technologies

Laisser un commentaire


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
novembre 2009
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Sondage

la ligne de tramway est-elle bruyante pour les riverains?

  • oui (81%, 4  942 Votes)
  • non (19%, 1  195 Votes)

Nombre de votants: 6137

Chargement ... Chargement ...

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


Si! ci toi ! |
Aider les enfants en diffic... |
INFOBENIN |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MY SECRETS
| melimelo
| francesondage