• Accueil
  • > Tramway de Clermont-Ferrand

Archives pour la catégorie Tramway de Clermont-Ferrand

Le TRANSLOHR voué à disparaître d’ici 2020!!!.

la peur du tram Clermontois

Un tram qui déraille…

Les détracteurs de ce mode de transport doivent être déçu par la nouvelle et dire qu’il y a encore six mois, le mot tramway était associé, avec un enthousiasme parfois forcé, au développement durable et aux lendemains qui chantent. Cette bombe est venue du vice-président Hervé Prononce lâchant à propos du tramway : «La problématique du prochain mandat sera de se poser la question : “que va-t-on faire de notre système actuel ? ”. Parce que le système pneu n’existera peut-être plus dans quelques années». C’est un choc, pour certains!!!. Pour nous c’était une réalité dès le départ. Cette innovation cher aux pro-translorh était déjà voué à disparaître avant même d’être en place. Du système Translohr Olivier Bianchi aura cet aveu : « Je crois que ça a été l’erreur…» (sic). Le projet a été avorté par l’ancien maire Serge Godard et son équipe qui a été reconduit en partie en 2014. Ce projet c’était un choix politique et non un choix citoyen. Le TRANSLOHR est un système propriétaire, le coût du matériel roulant TRANSLOHR est significativement plus cher. Cette situation s’explique par sa largeur plus faible (2,20 mètres), par la complexité de sa technologie, par le faible nombre de séries construites et proposées par un seul fabricant qui se trouve ainsi en position de monopole. Celui-ci a été racheté par Astom un concurrent qui roule sur fer !! Durant des années nous avons décriés sur cet innovation mi-tram mi-trolley bus dans les différents billets de ce blog rubrique « tramway de Clermont-Ferrand ». Que ce soit sur le matériel que sur le tracé de celui-ci.

tramsysteme

Un tram qui mutera en fer en 2020…. ???

Après 2020 il faut s’attendre à un très lourd chantier urbain pour que le translohr, démuni de ses pneus et de son système spécifique de guidage centrale, pour rouler plus classiquement et plus économiquement sur fer déchante le nouveau Maire et de Clermont Communauté. Mais la plate-forme n’est pas dédié trop étroite pour un matériel sur fer (entre 2,40 à 2,65 mètres)!!!. Il De plus rayon de braquage du TRANSLOHR (10,50 m au rail de guidage) est plus réduit qu’un tramway sur rail à voie normale (autour de 20 m) et sa taille réduite de 2,20 m!!! S’agira de repenser totalement la ligne A (sic) surtout à partir de la rue du Creux de la Chaux à la Pardieu. Olivier Bianchi, le président de Clermont Communauté : «Evoquons le sujet sans tabou. Oui, la ligne A du tram va devoir muter» (sic). Bref, le tram vieillit de plus en plus vite, les inventeurs de Translohr ne sont plus à même d’assurer le service après vente (sic). Mais pour cela il faudra encore sortir de la poche du contribuable berné plus 200 millions d’Euros, c’est l’estimation globale de cette refonte complète du transport clermontois, merci à nos chers élus pour cette politique des transports qui au passage effectuent un remaniement de l’appellation de la structure de Clermont-Co en Clermont-Auvergne-Métropole. C’est un petit stratège finement préparé, afin que tout les Auvergnats paient l’addition de cet énorme gâchis qu’est le TRANSLOHR. En attendant le coût des travaux de restauration entre le viaduc et la pardieu 8.5 millions d’Euros, et d’autres travaux sur la ligne est à prévoir dès l’année prochaine pour garder sous perfusion le Translohr. Voir les précédents billets.

translohrcurling.jpg

Certains lecteurs du journal La montagne ont crié le scandale de ce mode de transport dont voici les écrits:

Nos chers élus viennent de se rendre compte qu’ils avaient fait une grosse boulette! Pour faire plaisir à la Manufacture Michelin, ils ont acheté un luxueux tramway chez Translohr, mais qui présente un gros défaut: il vieillit bien trop vite et la firme qui le construit est incapable d’assurer le SAV. On va donc changer de mode de fonctionnement. Mais la facture est salée: 200 millions d’euros, rien que ça! Et qui va payer les pots cassés? Ceux qui ont fait la grosse bêtise? Non, nous, les contribuables. Les Français en ont marre de payer taxes et impôts de plus en plus lourds. Les Puydômois n’avaient pas besoin qu’on en rajoute. Gérard Mazet (Couriel) 18/10/2016 La Montagne

L’avenir du tram sur pneu en question?
Au lieu de refaire la ligne, autant changer son trajet et refaire passer par la gare. Déjà que le truc à couté 300 millions HT, je ne sais pas s’il été rentable c’est du gaspillage. Romain Piroux via Facebook 19/10/2016 La Montagne

Tramway (suite) Je partage l’analyse de Gérard Mazet (La Montagne 18 octobre): qui va payer, Oui Monsieur, c’est bien le contribuable, comme toujours, jamais les responsables décideurs. Vous n’avez peut-être pas osé l’écrire, je me permets de le faire. S’ils étaient « à leur compte » ( artisans; agriculteurs; petits commerçants…), il y a longtemps qu’ils auraient « tiré » le rideau vers le bas, critiqués et ruinés.
N’ayant été sûrement jamais dans ces responsabilité-là, peuvent-ils comprendre ? Dans leur situation, ils sont à l’abri du besoin et toujours tirés vres le haut des responsabilités les amenant aux sommets de leurs ambitions. La Montagne 25/10/2016

godardinaugurationtranslohr200999999999.gif

Moins de 9 ans et déjà des travaux, à plus de 8 millions d’euros!!!!!

logo_new Après seulement moins de 9 ans d’activité (secteur la pardieu), les problèmes s’accumulent autour du tramway. 4 mois d’arrêt pour travaux sur Saint-Jacques nous avons le « plaisir » de faire savoir aux clermontois que, pour cause de travaux sur le viaduc Saint-Jacques, le tramway sera complètement immobilisé pendant les 4 mois d’été 2016. La construction de la plate-forme structure sur laquelle circule le tramway nécessite en effet de gros travaux pour des raisons de sécurité sur tous les ouvrages d’art (pont et viaduc). Son « ancêtre » avait fonctionné pendant 66 ans (de 1880 à 1956) et en plus il passait par la gare. Visiblement le tramway actuel ne dispose pas de la même fiabilité. Les différents désordres observés sont liés à des infiltrations d’eau entre le dessous de l’étanchéité et le tablier en béton armé provoquant un décollement de l’étanchéité, une dégradation prématurée des enrobées, l’altération des armatures et du béton du tablier de l’ouvrage. A noter que le Viaduc des Carmes et la Trémie Schuman présentent depuis peu les même symptômes.Ces dégradations sont le résultat direct à la fois du choix des élus socialistes d’un tramway sur pneu et de leur manque d’anticipation.
Le tramway Clermontois est déjà en travaux alors que la ligne à moins de 10 ans!!!!
On se pose beaucoup de questions sur la durée de l’infrastructure de ce type de transport. Les réponses sont rapides la maintenance des voies (orniérages) n’a jamais été prise en compte lors du projet par les dirigeants de l’époque, dont il faut renouveler la chaussée de la plateforme (goudron). Oui le tramway Clermontois est un véhicule type poids lourd qui circule dans la ville de 40 tonnes par rames à vide !!! Pire le viaduc Saint-Jacques aura ça deuxième maintenance (travaux en 2013) depuis la mise en service de celui-ci, dont le poids du Translohr (40 tonnes) aura eu raison de ces 50 ans d’existence. Les problèmes d’infiltrations de fuites du viaduc est dû que celui-ci n’a pas été conçu pour recevoir au grand dam 80 tonnes!!!! (2 rames de tramway) mais les dirigeants politiques ingénieurs et techniciens en ont voulu autrement, au détriments des clermontois qui vont devoir mettre la mains au porte-feuille à coût de plus de 8 millions!!!! ce grand projet à bout de souffle donc les tranches s’étalent sur plusieurs années. On est pas près de voir diminuer les impôts qui plafonne déjà à 9 % !!!! s’il faut tout les moins de 10 ans faire des réparations d’entretien de cette ligne de tramway de translohr, les clermontois ne peuvent pas adorer ce mode de transport. Pendant ce temps les riverains de la ligne de tramway vont encore souffrir des énormes travaux, exemple rue du creux de la chaux, typiquement unique le partage véhicules et rames quelle ingéniosité de la part des dirigeants.
A quand des Hommes et Femmes qui auront une politique de déplacements économique, écologique et durable.
En tout les cas les dirigeant ne se mouillent plus une deuxième ligne ce n’est pas pour tout de suite

Guidage rail central non-débrayable avec caisse de conception tramway classique
Tramway de type Translohr STE4 à Clermont-Ferrand, France.
Le système est basé sur le rail central et le véhicule est conçu pour ne fonctionner qu’avec ce rail (exemple : nouvelle ligne de Clermont-Ferrand). À ce titre, il se rapproche plus du tramway classique.
Ce système est directement inspiré du monorail Larmanjat, dont une ligne fut mise en service entre Le Raincy et Montfermeil, en 1868. Le système ne fut pas un succès.
Son moteur principal est électrique. La prise de courant se fait généralement par pantographe et caténaire.L’utilisation de pneus sur une chaussée contraint de saler cette dernière en cas de verglas ou de neige, ce qui n’est pas nécessaire avec le rail.

Une-plaquette

voir l’article du 11 décembre 2012 l’énorme chantier sur la ligne du tramway

La droite de Jean-Pierre Brenas se réveille très très tard …….

Les irréductibles gaulois sont de retour et fulminent sur le billet de Jean-Pierre Brenas, celui-même qui a été un des premiers à être venu à l’inauguration de ce mode de transport. Sur le blog de la droite Clermontoise http://www.jean-pierre-brenas.com celle-ci se réveille bien tard, est déraille dans son billet en évoquant avec « plaisir » les problèmes liés au choix du tramway sur pneu clermontois, le translohr. Entre l’indisponibilité du tramway pendant les 3 mois d’été 2016 pour sécuriser le viaduc St Jacques voir dans le futur celui des Carmes et la trémie Schuman. Les problèmes de coûts de la maintenance et d’entretien liés à ce mode de transport soit-disant innovant (sic…) de plus des soucis de conformité liés aux cabines trop étroites pour les chauffeurs avec des pathologies musculaires. Et enfin des endettements tout azimuts avec des emprunts toxiques sur le dos. La droite UMP et le Centre n’ont rien fait pour arrêter ce gouffre du pseudo-tramway, bien au contraire…. les contribuables paient l’addition.

Voici dont le billet voir sur http://www.jean-pierre-brenas.com

la peur du tram Clermontois

Le tramway clermontois, même sur des pneus, ça déraille !

Après seulement 8 ans d’activité, les problèmes s’accumulent autour du tramway.
4 mois d’arrêt pour travaux sur Saint-Jacques
Le groupe d’opposition a le « plaisir » de faire savoir aux clermontois que, pour cause de
travaux sur le viaduc Saint-Jacques, le tramway sera complètement immobilisé pendant les
3 mois d’été 2016.
La construction de la plate-forme structure sur laquelle circule le tramway nécessite en effet
de gros travaux pour des raisons de sécurité sur tous les ouvrages d’art (pont et viaduc).
Son « ancêtre » avait fonctionné pendant 66 ans (de 1880 à 1956) et en plus il passait par la
gare. Visiblement le tramway actuel ne dispose pas de la même fiabilité.
Les différents désordres observés sont liés à des infiltrations d’eau entre le dessous de
l’étanchéité et le tablier en béton armé provoquant un décollement de l’étanchéité, une
dégradation prématurée des enrobées, l’altération des armatures et du béton du tablier de
l’ouvrage.
A noter que le Viaduc des Carmes et la Trémie Schuman présentent depuis peu les même
symptômes. Futurs travaux à venir…
Ces dégradations sont le résultat direct à la fois du choix des élus socialistes d’un tramway
sur pneu et de leur manque d’anticipation.
Notre groupe demande au Président du SMTC le coût réel de la maintenance du tramway.
4 millions d’euros pour de nouvelles cabines
Et niveau dépense d’entretien ce n’est pas fini !
Le SMTC se trouve dans l’obligation de devoir dépenser 4 millions d’euros pour mettre en
conformité les cabines du tramway.
Pourtant dès le début les chauffeurs de la T2C avaient contesté ce choix de cabines qui ne
leur paraissait pas en conformité avec l’ergonomie souhaitable. Aujourd’hui, la réalité leur
donne raison. Multiplication des maux de dos et pathologies musculaires, dus à une position
de conduite mal adapté.
Le SMTC lourdement endetté réduit à demander l’aide d’un fonds de soutien
Ces dépenses tous azimuts tombent d’autant plus mal que le SMTC est déjà lourdement
endetté : plus de 200 millions d’euros. Pire : parmi ses dettes le SMTC compte des emprunts
toxiques.
Le SMTC souhaite donc demander son aide à un fonds de soutien crée par l’État (et donc
financé par les impôts des contribuables pour aider les collectivités imprudentes) L’aide
interviendrait sur 2 contrats, l’un d’un montants de 5,6 millions d’€uros et l’autre de 6,5
millions d’€uros.
Le SMTC est donc incapable de réaliser de nouveaux investissements importants. Renvoyé
aux calendes grecques, donc, le projet d’une 2éme ligne passant par la gare SNCF et
desservant d’autres communes !
La droite et le centre font des propositions concrètes sur le transport
Ce constat doit également inciter à établir les responsables de ces échecs, non pour
sanctionner mais pour défendre les contribuables.
A l’occasion des élections départementales, on peut et on doit se poser la question de la
place du futur Conseil Départemental du Puy-De-Dôme, désengagé du SMTC.
Dans le cadre de la future région Auvergne-Rhône-Alpes, nous devons d’urgence lancer une
politique de développement pour recoller au peloton de tête des villes de Rhône-Alpes.
Les candidats du rassemblement de la droite et du centre des cantons de Clermont-Ferrand
proposent une réorganisation complète de la politique des transports en réalisant une
véritable intermodalité à l’échelle de la métropole, en rassemblant toutes les autorités
organisatrices de transports, aussi bien l’État que les collectivités territoriales.
Nous organiserons des États-généraux des transports collectifs pour mieux servir les
clermontoises et les clermontois.
Nous établirons un billet unique à 1 euro….. qui permettra d’emprunter aussi le tramway
dont on espère qu’il retrouve la voie de l’investissement et des économies de maintenance !

Dommage aux détracteurs commentateurs nombreux comme

Super Bougnat
sbougnat@….

Envoyé le 22/06/2012 à 15:48

Au risque de me faire lapider, je me risque à dire qu’il faudrait un peu arrêter de jouer les pleureuses !!!

Certes le Tram de Clermont est pas le top du top, on peut contester le choix de Lhor etc etc… Je suis pas non plus supporter de Godard…
Mais une bonne grosse majorité des problèmes que vous soulignez concernant le tram sont inhérents à TOUS les transports en commun !! Alors à moins de vouloir totalement vous en passer…
Les arguments de dire que la conduite est trop brutale, que c’est pas beau etc etc… Franchement c’est bidon !! (et même démago…) Tous les modes de déplacements, et tous les modèles de Tramway ont leurs avantages et leur défauts. La perfection ça n’existe pas, surtout dans ce domaine. En fait je pense juste que vous râleriez pareil si c’était un autre tram, un métro, où si vous habitiez une autre ville…

la Gone
antoinedestvictor@…..

Envoyé le 21/11/2011 à 20:21

tout cela est puéril, préférez vous une rue pleine de voitures qui font un boucan pas possible, à un transport écologique et peu bruyant par rapport à une horde de chauffeur fou du volant et près à vous reluquer derrière vos carreaux de douche !!!!!
cordialement la gone

L’énorme chantier sur la ligne du tramway tout l’été 2013 non-stop jour et nuit.

Les 14 kilomètres de ligne du tramway en chantier sur 7 semaines !!! aucunes rames ne circuleront. vous allez adorer l’énorme chantier du tramway l’été 2013

L’énorme chantier sur la ligne du tramway tout l’été 2013 non-stop jour et nuit. dans La politique de Clermont-Ferrand tram_pub-chantier-2013-3-300x279

Après seulement de 6 ans d’activité !!! Les élus et responsables du SMTC n’ont pas fini d’être aux petits soins avec leur joujou (cet été le goudron de la voie, au niveau des stations ont été refait pour cause d’orniérages), puisque celui- ci vieilli très mal, censé être plus économique qu’un vrai tram … sauf que l’usure de la chaussée par orniérage (et des pneumatiques) est bien plus rapide et important que l’usure d’un rail !!! Les riverains n’ont pas eu le temps de digérer les travaux, tout comme les petits fours lors de l’inauguration le 14 octobre 2006 que le tramway, va subir d’importants travaux de rénovation sur les 14 kilomètres, durant l’été 2013. Du 8 juillet au 26 aout 2013, sur 7 semaines, que s’étaleront les travaux de maintenance de la plateforme, la totalité des rames seront en maintenances aucunes rames ne circulerons. La voie sera totalement rénové par un autre revêtement en goudron pour cause : fissurations, d’étanchéité, d’épaufrures et autres longrines ou boite à eau, de même le changement de rail sont également programmés. Pour faire ces gigantesques travaux en seulement 7 semaines, ceux-ci se feront non-stop de jour comme de nuit causant de nombreuses nuisances aux riverains de la ligne durement impacter par la proximité de la voie. On peut imaginer que cela implique le coût de cette opération (environ 1 Million d’euros), de remise à neuf de la ligne surtout en temps de crise, mais les élus et responsables non que faire du montant tant que les concitoyens puissent continuer de payer leurs impôts. Le plus gros chantier se situe sur le pont de Neyrat, lieu stratégique ou le tramway enjambe le boulevard en sortie du centre de maintenance, ce lui-ci à des problèmes d’étanchéité et de malfaçon, il doit être entièrement gratté jusqu’au tablier. Et la connexion de la ligne vers les vergnes va être aussi réalisée ce tronçon de 1,7 kilomètre pour une somme de plus de 22,84 millions d’Euros. Les rames subiront des modifications : interphone ; habillage de la vidéosurveillance ; pédale homme-mort pour un montant de 580 000 Euros. De même le SMTC va remplacer la rame cramoisie du 26 décembre 2009 avec un acompte 1 millions d’Euros des assurances.
Lors de la création de ce type de transport ces mêmes responsables et élus ont préférés rayer le montant de la maintenance. Depuis de nombreuses années ont pointe des problèmes de maintenances sur le translohr, lorsqu’il y avait eu 10 rames hors service et l’affaire de la RATP qui voulait reprendre la T2C le maire clermontois avait répliqué « N’écoutez pas ce qu’ils disent! Il n’a jamais été question de privatiser quoi que ce soit! Nous vont des problèmes de maintenance. Nous sommes obligés de sous-traiter certaines opérations », lors de la venue de la candidate PS Ségolène Royale pour les présidentielles en septembre 2011.

Nouveau transport en commun à Clermont-Ferrand

Devinette d’élus clermontois avant Noël voici un nouveau transport sur la ligne B aux couleurs fleurs de lave, il est plus large que le translohr, il est prioritaire aux feux et aux carrefours, non ce n’est pas le traineau du père Noël, ni un tramway, c’est…..

bus-irisbus--300x210 dans Tramway de Clermont-Ferrand

… le BHNS le bus à haut niveau de service depuis samedi dernier, cela conforte la stratégique que l’on avait prévus depuis de longue dates. Les élus viennent d’enfumés les usages et les électeurs sur les projets d’une future ligne de tramway dans le programme des élections municipales de 2008. Ce type de transport issu de la conception nord-américaine d’exploitation de lignes de bus a été transposé en France dans le but d’approcher un service proche de ce que peuvent offrir d’autres systèmes de transports en commun, notamment le tramway à la française ou les métros mais avec un coût au kilomètre moins élevé. En effet l’aménagement d’une ligne de bus en BHNS, même en site propre intégral, nécessite un investissement bien moins lourd que la construction ;une ligne ferrée et offre des possibilités de réaménagement plus souples, moins de nuisance sonore, pas de maintenance (balayage des voies et des rails, contrôle des lignes électrique) sur la voie les nuits, moins de galère quant-il y aura une panne sur celui-ci, plus rapide à mettre en place puisqu’il équipera la ligne 6 l’année prochaine, mais les inconvénients comme : le prix non concurrentiel et son carburant: diesel sont les points noirs à l’heure à la crise et les effets sanitaire de la pollution au diesel. Le bus à haut niveau de service type hybride ou électrique aura des beaux jours devant lui, il remplacera sûrement dans le long terme le translohr, ou les tramways beaucoup trop coûteux en matériel et maintenance .

(voir http://lesirreductiblesgaulois.unblog.fr/2011/09/22/10-rames-au-garage/)
(voir http://lesirreductiblesgaulois.unblog.fr/2011/08/11/translohr-nouvel-incendie-dun-translohr-a-padoue-et-la-ratp-entre-au-capital-des-transports-de-clermont-ferrand/)

http://www.notre-planete.info/environnement/pollution_air/dieselsante_0.php

Dossier top secret des transports Clermontois

Dossier top secret des transports Clermontois dans La politique de Clermont-Ferrand smtc-300x300

Après de nombreux mois de silence, la politique Clermontoise a suivie son court, non pas des moindres. Le dossier transport est croustillant : Scandale de la taxe des entreprises pour le transport clermontois, caillassages,14 nouveaux bus à « haut niveau de service » (BHNS), un trolley bus au lieu du translohr, ou le tramway prend la direction de la Margeride et de l’avenue du Roussillon à Aubière. Autant d’avenir sur le transport Clermontois qui va droit dans le mur alors que les irréductibles gaulois avaient prédits ces voltefaces de cette politique des transports à Clermont-Ferrand.

Scandale au SMTC

Le rappel de l’arrêt de la Cour de Cassation le 20 septembre 2012, précise le versement transport dont est soumises les entreprises de l’agglomération Clermontoise de plus 10 salariés, doivent prélever par les communes ou communauté de communes et d’agglomération, mais non par les syndicats mixte comme le SMTC (sic…). Or c’est bel et bien le SMTC qui a géré ces appels de cotisation et non pas Clermont-co, jusqu’en 2008.
Les entreprises concernées par cette cotisation réclament un remboursement de leur cotisation, soit plus de 50 millions d’euros par an. Cette erreur aura des conséquences dramatiques sur la gestion des transports collectifs Clermontois.

Caillassage des rames

Depuis plusieurs mois le tramway est pris d’assaut de caillassages par les jeunes de différents quartiers de la ville. Ces derniers temps le SMTC a décidé de mettre en place un couvre-feu dans les quartiers des Vergnes et de Saint-Jacques à partir de 20 heures. Des bus de substitution ont été mis en place. La ville, le SMTC et la T2C attendent que l’Etat intervienne sur la sécurité dans cette partie de la ville. Voici l’incompétence des dirigeants de cette ville depuis 70 ans.

La ligne B du tramway avec des nouveaux bus aux couleurs fleure de lave.

Les élus de gauche clermontoise, aiment bien dépenser l’argent du contribuable par les fenêtres. 14 nouveaux bus à « haut niveau de service » (BHNS) à 470 000 € HT pièce ! Le coût total est de 10 Millions d’euros, 6 ans après de nouveaux bus qui ont remplacé les bus CIVIS AGORAS avec une consommation de 110 litres de gasoil aux 100 kilomètres pour l’alimentation en électricité à l’époque. C’est bus à « haut niveau de service » (BHNS) à 470 000 € HT pièce nouvel outil de propagande aux couleurs du tramway pour faire oublier la deuxième ligne de tramway promis lors de la campagne de 2008 par ces mêmes élus de gauche clermontoise, au vu des échéances électorales à venir.

Le costard de Jean-Pierre Brenas

L’élus d’opposition Clermontois Jean-Pierre Brenas se paie un costard avant noël, dans son blog, il parle de la deuxième ligne de tramway « Quid de la deuxième ligne de tramway ? »

« Au vu du gouffre financier engendré par le tramway Lohr, il est hors de question de repartir avec ce constructeur sur une 2ème ligne de tramway.

Non seulement l’investissement initial sur l’axe nord-sud (plus de 360 M€ dont 32 M€ de dépassement de dépenses supplémentaires relevées par la chambre régionale des comptes en 2009, reste toujours sans justification) est exorbitant, mais de plus, le coût de la maintenance, aujourd’hui, n’est toujours pas accessible à tous les citoyens de façon transparente…
A l’avenir, mieux vaut réfléchir à un autre type de matériel comme le trolley. Rappelons que le tram actuel n’est rien de plus qu’un trolley avec guidage central au sol.
Son coût est 7 fois moins élevé que le Translohr, soit environ 60 Millions d’euros. Pour exemple, l’axe nord-sud aurait permis d’installer 100 km de trolley contre 14,5 km de Translohr. De quoi afficher clairement une véritable politique communautaire de transport ainsi qu’une optimisation des dépenses publiques au service du citoyen. »

Les irréductibles gaulois l’ont clairement approuvé depuis fort longtemps ce type de transport, nous avons mainte fois écrit sur notre blog qu’un trolley bus était plus judicieux qu’un pseudo tram bus du translohr.

Le tramway bifurque avenue de la Margeride

Bertrand Pasciuto 1er vice-président et maire de Cournon d’Auvergne, lors d’un entretien dans le magazine Info du lundi 05 novembre 2012, dévoile une étude qui prévoient le tramway à Cournon. Celui-ci décrit « des études sont en cours ! Nous avons déjà fait plusieurs rendus d’étapes. Le tracé comporterait une bifurcation au niveau de l’avenue de la Margeride à Clermont-Ferrand, avant de se diriger vers Aubière…[ …] Dans un premier temps, le tramway arriverait à la Grande Halle, qui ferait office de parc relais. »

Les irréductibles gaulois ont écrit mainte fois sur le blog que le tracé du tramway n’était pas réfléchi sur du long terme. A partir du creux de la Chaux jusqu’à la Pardieu le tracé n’est pas rentable, nous avions explicitement voulu que la ligne passe sur le boulevard Pochet Lagaye, avenue des Landais, avenue de la Margeride, le pont d’Aubière et l’avenue du Roussillon qui est un tracé logique aux regards de nombreux commerces en terme de rentabilité et de poursuite de la ligne dans un futur.

Sources: Blog de Jean-Pierre Brenas; Info Magazine.

Transports Caen stoppe le sien, Nancy rapièce son tram sur pneus et Clermont-Ferrand paie 12 millions d’euros chaque année depuis 2008 pour son fonctionnement.

Alors que la communauté urbaine de Strasbourg s’enflamme pour un tram sur pneus, Caen vient de jeter l’éponge, tandis que Nancy pose des rustines. Trop de pannes et de maintenance. Bref, peu fiable.

Transports Caen stoppe le sien, Nancy rapièce son tram sur pneus et Clermont-Ferrand paie 12 millions d'euros chaque année depuis 2008 pour son fonctionnement. dans La politique de Clermont-Ferrand tram

Le tram sur pneus, une espèce en voie de disparition ? Caen a signé l’arrêt de mort de son tramway Bombardier avant la fin du contrat de trente ans qui le liait au constructeur. Le président du syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération caennaise, Eric Vève (PS), en a plus que marre des dysfonctionnements d’un modèle vendu à l’époque comme révolutionnaire. En 2002, l’agglomération caennaise avait investi 215 M€ dans son tram hybride joliment dénommé Twisto. À peine dix ans plus tard, le résultat est sans appel.
pictograms-road_signs-tram_roadsign dans Tramway de Clermont-Ferrand

Bonne décision.Trop de pannes importantes (20 à 80 évacuations de rames par mois), trop de maintenance (un million d’euros par an pour les concessionnaires) et impossibilité de rallonger les véhicules. « Depuis deux ans, les usagers du réseau Twisto semblent s’éloigner du tram, probable conséquence de tous les problèmes de fiabilité, de disponibilité et de saturation », dévoile le dossier de presse du syndicat mixte normand. Écœuré par les défaillances répétitives de son matériel, Caen a décidé d’arrêter les frais et travaille au remplacement par un tram sur fer. Coût total de l’investissement : 170 M€. Avec une mise en service pour 2018.
L’agglomération était engagée jusqu’en 2032 avec Bombardier et Spie, mais Eric Vève et les élus du syndicat mixte ne désirent pas leur verser la moindre indemnité pour rupture de contrat. Le tribunal administratif tranchera sans doute.
Jusqu’en 2022
« Cette bonne décision intervient beaucoup trop tard. De son côté, Nancy aurait dû la prendre en 2002 », estime Olivier Calderara, élu GCT de la SAS Véolia Transdev Nancy, société qui assure les transports en commun de l’agglomération nancéienne. « Déjà, lors de la marche à blanc, on savait qu’il ne fonctionnait pas. » Depuis 2000, le dossier du tram a concentré de nombreux débats houleux au sein de la communauté urbaine du grand Nancy, CUGN.
Le tram nancéien, comme son frère jumeau de Caen, n’est guère fiable. Le mal est grave, car le conseil général de l’environnement et du développement durable, missionné par le secrétaire d’Etat aux transports, s’est penché sur le tram. En 2010, il concluait à un retrait qui « doit être envisagé dès maintenant pour les deux collectivités ».
Cependant, Nancy a décidé de jouer la montre. En septembre 2010, André Rossinot, président de la CUGN, a assuré que le tram roulerait jusqu’en 2022, terme de son contrat avec Bombardier. Mais pour survivre jusqu’à cette date, les 25 véhicules lorrains subiront, à partir de cet été, un traitement de cheval, avec une révision complète. Coût de l’ordonnance pour chaque véhicule : 750 000 €, l’Etat en prend 250 000 à sa charge, le reste sortira de la poche du contribuable local. A ajouter aux 150 M€, dépenses globales pour le tram, infrastructures comprises. Cher tram sur pneus. Mais d’ici à 2022, beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts. Et les élections municipales auront eu lieu.

M.-O. N.
D’après l’article du 180112 de l’Est républicain envoyé par un commentateur JLR avec nos remerciements.

« Depuis 2008, on doit mettre chaque année 10 à 12 millions d’euros de la poche pour le fonctionnement du translohr; doit-on balayer ce type de transport ? « 

110704091450121676-300x225
la balayeuse qui circule les nuits pour nettoyer la plateforme entre minuit et deux du matin

Le tram sur pneu ne peut pas être aujourd’hui qualifié de matériel fiable. Caen et Nancy n’ont cessé de déplorer les pannes incessantes de leur tram sur pneu fabriqué par Bombardier, à tel point que Caen envisage de renoncer à exploiter le sien et de se doter d’un tram « fer ». Pour ce qui est du Translohr à Clermont-Ferrand, c’est le maire Serge Godard qui déclare dans une interview du 19.09.2011 que « depuis son inauguration en 2006, il transporte 65.000 voyageurs par mois mais est trop souvent en panne, les incidents techniques sont nombreux et on n’en connaît pas l’origine ». Quant à l’audit demandé par le préfet et portant sur la sécurité, il est accablant (La Montagne du 30.09.2011) et démontre que ce système est exploité dans des conditions de sécurité inacceptables. Depuis 15 ans, le Translohr n’est exploité qu’à Padoue et à Venise, dans une zone industrielle de Shangaï et à Clermont-Ferrand. Aucune de ces villes n’a cherché à développer son réseau, tout juste envisage-t-on de prolonger la première ligne. Toutes ces villes connaissent les mêmes problèmes : déraillement de roues ou incendie, défaillance inexpliquées d’organes de sécurité, dérapage des dépenses de maintenance. De plus le tram sur pneu ne coûte pas moins cher en frais de fonctionnement. Au contraire ses coûts d’entretien sont élevés et il consomme 30% d’énergie électrique de plus que le tram classique. D’après le maire du Cendre, Hervé Prononce préside le groupe d’opposition « Alternance Républicaine » à Clermont-Communauté le dossier T2C a usé Serge Godard. Celui-ci précise, il y a trois ans on s’est aperçu que le président Serge Godard et son équipe n’avaient pas financé le fonctionnement et depuis 2008, on doit mettre chaque année 10 à 12 millions d’euros de la poche pour ce fonctionnement. C’est la fameuse taxe additionnelle payée par les habitants de l’agglomération.

Le prolongement au quartier des Vergnes avec 1,7 kilomètres pour 22,84 millions d’euros, alors que Lohr vend une partie du capital de sa division tramway .

La vente d’une partie du capital de Translohr, la division tramway, pourtant la plus rentable du groupe Lohr Industries, a été annoncée par Robert Lohr dans un article du Figaro. Après avoir vu son chiffre d’affaires divisé par quatre en quatre ans, il fallait à Robert Lohr, président-fondateur du groupe, 50 millions d’euros avant la fin du mois de décembre pour éviter la faillite. Le président assure qu’il « privilégiera des acquéreurs industriels garantissant le maintien des emplois en Alsace », où est basée l’entreprise. Il n’a pas communiqué son prix de vente, mais indique qu’il lui a fallu investir 120 millions d’euros dans la mise au point de sa division tramway. Le Translohr circule déjà à Clermont-Ferrand, Padoue, Mestre-Venise, et Shanghaï. Il équipera bientôt deux lignes de tramway de la RATP.

Une autre rame déraille….

Une autre rame déraille.... dans Tramway de Clermont-Ferrand

C’est la deuxième fois de l’année que le tramway clermontois déraille. Le 10 janvier dernier sur le viaduc des Carmes une rame avait déraillé, avait mis en haute alerte les services de l’Etat, dont on sait maintenant que le tramway avait déraillé au niveau de l’appareil de dilatation du viaduc des Carmes. Cela a été dû à une faiblesse du système de guidage de LOHR, une mauvaise conception des appareils de dilatation et du viaduc,le même problème se trouve aussi sur le viaduc situé à croix de neyrat et sur le viaduc de Saint Jacques. Un nouveau déraillement est arrivé Mercredi 9 novembre à 10h20, alors que la rame n°10 avait des problèmes techniques, celle-ci venait de terminer la manœuvre de retour vers le centre de maintenance via l’aiguillage. En amont un feu rouge interdisait tout passage, une autre rame, la rame n°4 avait franchi l’aiguillage encore en manœuvre. Le galet de guidage est sortie du rail et a percuté le poteau du caténaire. Le trafic a été perturbé durant une très grande partie de la journée en provoquant l’arrêt de la circulation entre les stations Champratel et 1er Mai. De même en septembre dernier, un accident s’était produit vers 17 heures à proximité de la place Turgot, à Clermont-Ferrand. Un bus et un tramway se sont percutés. Deux personnes ont été légèrement blessées. Le choc a aussi entraîné des dégâts matériels. Un refus de priorité serait à l’origine de l’accident.

Les accidents et déraillements de ce mode de transport, laisse perplexe. Est-ce, la faute des chauffeurs, ou le matériel et l’infrastructure? L’erreur est humaine, mais jusqu’à quand?

La ZIZANIE à la mairie de Clermont-Ferrand et une tête mise à Prix

18478152copie dans Tramway de Clermont-Ferrand

Serge Godard, maire de Clermont-Ferrand, Président de Clermont CO et d’ailleurs Président du SMTC, demande la tête du Président de la T2C qui est d’ailleurs 1er adjoint à la mairie de Clermont-Ferrand en la personne d’Alain Martinet, suite au déraillement du Tramway le 9 novembre dernier.

Le maire a envoyé une litanie sur les incidents concernant le tramway qui se sont produits ces derniers mois, et les conclusions du rapport pointant des dysfonctionnements de celui-ci. Et dans la foulée de révoquer son directeur Tarik chbicheb.

10 rames au garage!!!

La maintenance rayée 1O rames au garage aujourd’hui

10 rames au garage!!! dans La politique de Clermont-Ferrand maintenancetram

L’ambiance n’est pas au beau fixe pour le tramway clermontois. Depuis lundi 10 rames sont au garage, la semaine dernière l’exploitant a reçu une injonction des services de l’Etat, les jugeant dangereuses, plus très fiables, plus en l’état de fonctionner. L’expertise pointe la défaillance de certaines pièces mécanique de ces rames et l’obligation à la T2C de faire une révision totale et le changement des pièces incriminées. Les syndicats de la T2C restent toujours sur leurs positions: de ne pas ouvrir le capitale à la RATP, ils ont eu le soutien de la candidate PS Ségolène Royal « Battez-vous! Vous avez raison! je suis contre la privatisation rampante des services publics ». Le maire clermontois qui était venu pour saluer la candidate a répliqué « N’écoutez pas ce qu’ils disent! Il n’a jamais été question de privatiser quoi que ce soit! Nous vont des problèmes de maintenance. Nous sommes obligés de sous-traiter certaines opérations ». Celle-ci a maintenu sa position « Ils sont raison. Vous devez les recevoir, les rassurer. Ne vous laissez pasavoir par les sous-traitants et les rapports d’expertises » sic…. devant les caméras du petit journal de Canal+.

http://www.canalplus.fr/c-divertissement/pid3351-c-le-petit-journal.html

Qu’est ce qui se tram et qui se (dé) RA(T)P ?

la peur du tram Clermontois
Rien ne va plus au sein des différentes structures des transports SMTC T2C. Le désamour est né avec l’arrivée du tramway d’après les dits de la Pravda quotidien local. D’après la T2C « On nous a imposé un matériel dont on ne voulait pas » sic. Les dissensions entre les deux acteurs du transports (SMTC T2C) sont restées discrètes plusieurs années durant, pour des histoires de gros sous. Entre les difficultés de trésorie du SMTC, l’embrassement d’une rame à la pardieu en décembre 2009 et le déguidage d’une autre rame en janvier dernier et les contacts houleux avec le constructeur Lohr, l’addition commence à être lourd pour ce type de transport. Sans parler d’une autre rame accidenté sur le boulevard Gustave Flaubert indisponible. Les syndicats ne veulent en aucun cas l’entrée de la RATP Dev dans le capital de la T2C qui ferait réduit leurs acquits sociaux, dont le président n’est d’autre que Alain Martinet 1er adjoint de Clermont-Ferrand. Mais Serge godard sénateur-maire président de Clermont communauté et du SMTC rétroque  » Comme je l’ai dit, ma conviction personnelle est que RATP Dev doit entrer au capital de la T2C pour sauver le tram à Clermont ».

La maintenance en ligne de mire.

Le SMTC  » l’organisation du travail et des équipes ne permet pas d’optimiser la maintenance », serge Godard « les coûts de maintenance élevés du tramway et s’inquiète de l’avenir, proche, où ces derniers ne seront plus couvert par la garantie du constructeur »sic,  » au prochain incident, d’exploitation du tramway sera suspendue par les services de l’état » sic . Certains ont alors alerté sur les risques de ce choix « Innovant ».

Il est loin du temps des SAMBAGOGO et du Maracatu Brésil Volcanique

et du programme d’inauguration du 14 octobre 2006

Inauguration du tramway : Programme

Serge Godard Maire de Clermont-Ferrand, Président de Clermont Communauté Président du SMTC Les élus du SMTC ont l’honneur de vous convier à l’inauguration du tramway samedi 14 octobre 2006 à partir de 16 h 30, place de Jaude.

8 h, mise en service du tram (jusqu’à 1 h du matin)
Animations de rue dans les quartiers à partir de 13 h
Animation spot « Feu », Croix-de-Neyrat, Hauts-de-Chanturgue : bandas musicales, mini-parade artistique dans le quartier, animation Feu
Animation spot « Eau », place de la Fontaine : bandas musicales, mini-parade artistique dans le quartier, animation Eau
Animation spot « Air », place Henri-Dunant : bandas musicales, mini-parade artistique dans le quartier, animation Air
Animation spot « Terre », place Delille : bandas musicales, mini-parade artistique dans le quartier, animation Terre
15 h, interruption du service pour le passage de la rame inaugurale
15 h 45, départ des 4 rames officielles du Centre Tram de Champratel pour la visite inaugurale

Place de Jaude

13 h à 16 h 25, réalisation d’une fresque avec des graphistes clermontois
16 h 10, grande parade et arrivée en cortège de la rame officielle
16 h 55, discours de Serge Godard
À partir de 17 h 10
Spectacle « Eden tramway »
80 artistes professionnels participeront à la fête dans tous les domaines des arts visuels. Mise en scène : Compagnie Elixir.
À partir de 19 h 10
Concert des Flying Tractors
Originaires de Clermont-Ferrand, ils se définissent comme les inventeurs du rock agricole avec une musique festive mêlant rock, musette, reggae et chanson à texte.
20 h 15
Concert des Sunshiners
Réinterprétations des standards de la pop anglaise version reggae. L’empreinte séduisante des Iles Vanuatu.
22 heures
“Fusion”, création pyrotechnique signée Lacroix-Ruggieri

Maison de la culture

À 18 et 21 h
“Histoires de tram”
Une création de Jean-Claude Amiot pour le SMTC et célébrer la mise en service du tramway. Spectacle de danse, vidéo et musique par l’Orchestre symphonique du Conservatoire.

http://www.clermont-ferrand.fr/Inauguration-du-tramway-de-l.html

au coût cher pour ce joujou capricieux

L’opposition au contraire veulent une seconde ligne passant par la gare avec le translohr, et ne contre dit pas l’extension des vergnes et de Cournon pourtant la maintenance et dans le gouffre voir les différents articles sur ce sujet

http://lesirreductiblesgaulois.unblog.fr/2008/03/07/le-gouffre-financier-de-la-maintenance-du-tramway-clermontois/

http://lesirreductiblesgaulois.unblog.fr/2008/05/17/tapage-2-chique/

Translohr : nouvel incendie d’un Translohr à Padoue et La RATP entre au capital des transports de Clermont-Ferrand

Après l’incendie spectaculaire de Clermont-Ferrand durant l’hiver du 26/12/2009 voir article « 2.3 millions partis en fumée!!!!!! » ou « Un tram pas très propre… », et le déraillement d’une rame le 10 janvier 2001 voir article « Le tramway le plus coûteux du monde déraille », un nouvel incendie vient de se produire sur un Translohr à Padoue le 20 avril dernier.

Translohr : nouvel incendie d'un Translohr à Padoue et La RATP entre au capital des transports de Clermont-Ferrand dans Tramway de Clermont-Ferrand leggo21avril20111

Or on sait que le coût du matériel roulant Translohr est significativement plus cher pour le nombre de personnes transportées. Cette situation s’explique par sa largeur plus faible (2,20 mètres) que celle d’un tramway sur fer (2,40 à 2,65 mètres), et par la complexité de sa technologie et le faible nombre de séries construites et proposées par un seul fabricant qui se trouve ainsi en position de monopole1.

130331167586703m1 dans Tramway de Clermont-Ferrand
Exemples:

Les deux marchés ont été passés en 2010, l’un par la RATP, pour la commande de 28 Translohr de type STE6 d’un coût de 171,6 M€ (dont 22,8 M€ pour le système de guidage) pour 250 places dont 60 assises par engin2, l’autre par le Syndicat des transports de l’agglomération de Tours (Sitcat), pour la commande de 21 tramways classiques sur fer Citadis fabriqués par Alstom, d’un coût de 73,2 M€ pour 291 places dont 85 assises par engin3.

Ramené au nombre de places, le coût du Translohr en 2010 (hors système de guidage) est de 21 257 € la place (5,31 M€ par rame) et celui d’un Citadis est de 11 978 € la place (3,49 M€ par rame). Le Translohr est donc 77% plus cher qu’un tramway classique à roulement fer pour le nombre de places proposées. Ce qui explique la rentrée d’un géant au capitale: la RATP pour essayer de combler le déficit engendre par ce mode de transport.

retouralaroute
Déraillement à Tianjin (Chine) en 2007

pour un système réputé « indéraillable », ça la fout mal…

ce qui est terrible, c’est que les promoteurs de ce système sortent à longueur de temps des contre-vérités pour vendre leur « machin », genre :
- « seul le pneu permet de grimper des rampes de 13 % » c’est oublier les vieux trams de Lisbonne qui grimpe allègrement du 14 %, les anciens trams de Lausanne et Rouen faisaient de même !
- « il coûte moins cher qu’une voie de tramway classique » encore faux : le coût au km du « machin » clermontois est le même que les tramways récents, voire supérieur…

sans parler des surcoûts à l’entretien : orniérage, surconsommation électrique, usure des pneus supérieure aux prévisions

et cerise sur le gâteau : une fois acheté du Translohr, pas moyen de prendre autre chose : les TVR Bombardier et Translohr sont incompatibles techniquement.

La Sem est à bout de souffle » LA RATP rentre au capital des transports de Clermont-Ferrand

translhoritalien.jpg
Alors que les incidents sur le translohr se multiplient comme des petits pains, la RATP rentre au capital des transports de Clermont-Ferrand, le projet a été voté par le Syndicat mixte des transports clermontois (SMTC) le 16 juin 2011, qui ouvre 20 % du capital à un nouvel opérateur avant le renouvellement du contrat d’exploitation du réseau de transport, fin 2012.
Le renouvellement du contrat d’exploitation des transports publics de Clermont-Ferrand, les élus ont fait entrer un opérateur d’envergure nationale au capital de la société d’économie mixte jugée « à bout de souffle ». Ils ont voulu que ce soit la RATP. La colère des syndicats qui ont appelé à des grèves le 28 juin 2011 et le jeudi 7 juillet 2011, donc aucun bus ni tramway n’ont circulé à Clermont-Ferrand contre l’entrée de la RATP au capital de la T2C, la société d’économie mixte des transports clermontois, dont l’actionnariat est strictement local*, la décision finale se fera en septembre. Les syndicats protestent ainsi contre l’arrivée de la régie des transports parisiens sur les terres et dans les caisses d’Auvergne. « L’argent public local investi dans la T2C va sortir de l’agglomération pour permettre à la RATP de se développer, c’est ce qui s’est passé dans d’autres villes avec l’arrivée d’opérateurs extérieurs », affirme Damien Romero, de la CGT. Les organisations syndicales veulent une Société publique locale, des grèves s’annoncent à la rentrée.

« Est-ce la Sem** ou le tramway sur pneu qui est à bout de souffle » ?

Louis Virgoulay, vice-président du Syndicat mixte des transports clermontois (SMTC), et conseiller aux déplacements urbains de la ville réplique « Parce que les incidents, pannes, déraillements se multiplient sur la ligne de tramway sur pneus, nous avons même eu un incendie sur une rame », argumente. Une expertise est en cours. De même Louis Virgoulay, déclare « la montée en puissance du réseau de transport nécessite le renforcement de la technicité de la Sem qui est à bout de souffle. L’entrée de la RATP peut lui donner les moyens humains et le savoir-faire nécessaires, d’autant que la Régie va bientôt exploiter deux tramways sur pneus Translhor, le même que le nôtre, sur les lignes du T5 et T6 en région parisienne ».La société des transports de Clermont, T2C, avait conclu un contrat d’assistance technique avec la RATP en 2002, pour y mettre fin en 2007, « ils les ont virés, c’est bien dommage ! », commente vice-président du SMTC. »Nous avons besoin de cette compétence technique pour le tram comme pour le réseau de bus qui doit faire sa révolution, nous ne reviendrons pas sur notre décision d’ouvrir le capital, cela va muscler la réponse de la Sem au moment de l’appel d’offres », prévient l’élu.

A entendre l’élu, tout pense à croire que le tramway sur pneu lohr est à bout de souffle, les décideurs tentent de faire survivre leur projet en union avec la RATP qui exploitera bientôt le même transport. Ce qui est mis dans le rapport de la chambre régionale des comptes est important, d’abord la gestion du projet, qui s’apparente à du bricolage: préparation insuffisante, entorses graves et coûteuses aux procédures relatives aux marchés, dysfonctionnements, signatures différées selon les circonstances….. L’endettement dénoncé est impressionnant, c’est pour cela que la RATP pointe son nez. Comme cela se fait avec les villes de Caen et Nancy qui ont le tramway sur pneu de type Bombardier, dont la commercialisation date de 2000, et les déboires sont réels. Le tramway de bombardier a une disponibilité médiocre et des coûts de maintenance élevés. Le nombre d’heures nécessaires pour entretenir les tramways est dix fois plus élevé que ce qui avait été prévu au départ alors que les coûts de maintenance sont cinq fois plus élevés. À Caen, les travaux de maintenance ont coûté 500 000 euros de plus que prévu, actuellement réglées par les exploitants du TVR (Transport sur voie réservée). La ligne est perturbée chaque mois par une centaine de « pannes rouges ». Avec interruption du trafic de plus de trois minutes ou même retour au dépôt. L’État ayant participé à la promotion de ce tramway sur pneus bombardier, celui-ci subventionnerait à hauteur de 30% le remplacement de la flotte Bombardier, sur une assiette de 500 000 euros par rame, pour les dix années à venir. Même certains élus de l’opposition de Clermont-Ferrand sont fidèles au translohr en l’occurrence Jean-Pierre Brenas qui décrit ces propositions sur un article 08 juillet 2011 « Les TCSP devront intégrer la future ligne B du tramway de même que l’extension Nord et Sud de la ligne A en direction de Cébazat et Cournon ». Alors que le translohr prend le même rail, l’endettement de celui-ci est de 246 millions d’euros en 2009, et passera sans doute à 270 millions d’euros en 2011, la citation de Georges Clemenceau est de rigueur aussi sur la ville de Clermont-Ferrand « La France est un pays extrêmement fertile. On y plante des fonctionnaires, il y pousse des impôts ».

* Le capital de T2C est composé comme suit : 65% Syndicat mixte des transports clermontois (SMTC). Le reste : Caisse d’Epargne d’Auvergne, Chambre de commerce et d’industrie, association du personnel.
** Société d’économie mixte des transports

sources: http://www.mobilicites.com/recherche.php?lang=fr

http://chatillon.ecologiesolidaire.fr/post/2011/04/27/Translohr-%3A-nouvel-incendie-d-un-translohr-%C3%A0-Padoue

12345...9

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
avril 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Sondage

la ligne de tramway est-elle bruyante pour les riverains?

  • oui (81%, 4  942 Votes)
  • non (19%, 1  195 Votes)

Nombre de votants: 6137

Chargement ... Chargement ...

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


Si! ci toi ! |
Aider les enfants en diffic... |
INFOBENIN |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MY SECRETS
| melimelo
| francesondage