Résultats de la recherche pour ' tram pneu '

Le TRANSLOHR voué à disparaître d’ici 2020!!!.

la peur du tram Clermontois

Un tram qui déraille…

Les détracteurs de ce mode de transport doivent être déçu par la nouvelle et dire qu’il y a encore six mois, le mot tramway était associé, avec un enthousiasme parfois forcé, au développement durable et aux lendemains qui chantent. Cette bombe est venue du vice-président Hervé Prononce lâchant à propos du tramway : «La problématique du prochain mandat sera de se poser la question : “que va-t-on faire de notre système actuel ? ”. Parce que le système pneu n’existera peut-être plus dans quelques années». C’est un choc, pour certains!!!. Pour nous c’était une réalité dès le départ. Cette innovation cher aux pro-translorh était déjà voué à disparaître avant même d’être en place. Du système Translohr Olivier Bianchi aura cet aveu : « Je crois que ça a été l’erreur…» (sic). Le projet a été avorté par l’ancien maire Serge Godard et son équipe qui a été reconduit en partie en 2014. Ce projet c’était un choix politique et non un choix citoyen. Le TRANSLOHR est un système propriétaire, le coût du matériel roulant TRANSLOHR est significativement plus cher. Cette situation s’explique par sa largeur plus faible (2,20 mètres), par la complexité de sa technologie, par le faible nombre de séries construites et proposées par un seul fabricant qui se trouve ainsi en position de monopole. Celui-ci a été racheté par Astom un concurrent qui roule sur fer !! Durant des années nous avons décriés sur cet innovation mi-tram mi-trolley bus dans les différents billets de ce blog rubrique « tramway de Clermont-Ferrand ». Que ce soit sur le matériel que sur le tracé de celui-ci.

tramsysteme

Un tram qui mutera en fer en 2020…. ???

Après 2020 il faut s’attendre à un très lourd chantier urbain pour que le translohr, démuni de ses pneus et de son système spécifique de guidage centrale, pour rouler plus classiquement et plus économiquement sur fer déchante le nouveau Maire et de Clermont Communauté. Mais la plate-forme n’est pas dédié trop étroite pour un matériel sur fer (entre 2,40 à 2,65 mètres)!!!. Il De plus rayon de braquage du TRANSLOHR (10,50 m au rail de guidage) est plus réduit qu’un tramway sur rail à voie normale (autour de 20 m) et sa taille réduite de 2,20 m!!! S’agira de repenser totalement la ligne A (sic) surtout à partir de la rue du Creux de la Chaux à la Pardieu. Olivier Bianchi, le président de Clermont Communauté : «Evoquons le sujet sans tabou. Oui, la ligne A du tram va devoir muter» (sic). Bref, le tram vieillit de plus en plus vite, les inventeurs de Translohr ne sont plus à même d’assurer le service après vente (sic). Mais pour cela il faudra encore sortir de la poche du contribuable berné plus 200 millions d’Euros, c’est l’estimation globale de cette refonte complète du transport clermontois, merci à nos chers élus pour cette politique des transports qui au passage effectuent un remaniement de l’appellation de la structure de Clermont-Co en Clermont-Auvergne-Métropole. C’est un petit stratège finement préparé, afin que tout les Auvergnats paient l’addition de cet énorme gâchis qu’est le TRANSLOHR. En attendant le coût des travaux de restauration entre le viaduc et la pardieu 8.5 millions d’Euros, et d’autres travaux sur la ligne est à prévoir dès l’année prochaine pour garder sous perfusion le Translohr. Voir les précédents billets.

translohrcurling.jpg

Certains lecteurs du journal La montagne ont crié le scandale de ce mode de transport dont voici les écrits:

Nos chers élus viennent de se rendre compte qu’ils avaient fait une grosse boulette! Pour faire plaisir à la Manufacture Michelin, ils ont acheté un luxueux tramway chez Translohr, mais qui présente un gros défaut: il vieillit bien trop vite et la firme qui le construit est incapable d’assurer le SAV. On va donc changer de mode de fonctionnement. Mais la facture est salée: 200 millions d’euros, rien que ça! Et qui va payer les pots cassés? Ceux qui ont fait la grosse bêtise? Non, nous, les contribuables. Les Français en ont marre de payer taxes et impôts de plus en plus lourds. Les Puydômois n’avaient pas besoin qu’on en rajoute. Gérard Mazet (Couriel) 18/10/2016 La Montagne

L’avenir du tram sur pneu en question?
Au lieu de refaire la ligne, autant changer son trajet et refaire passer par la gare. Déjà que le truc à couté 300 millions HT, je ne sais pas s’il été rentable c’est du gaspillage. Romain Piroux via Facebook 19/10/2016 La Montagne

Tramway (suite) Je partage l’analyse de Gérard Mazet (La Montagne 18 octobre): qui va payer, Oui Monsieur, c’est bien le contribuable, comme toujours, jamais les responsables décideurs. Vous n’avez peut-être pas osé l’écrire, je me permets de le faire. S’ils étaient « à leur compte » ( artisans; agriculteurs; petits commerçants…), il y a longtemps qu’ils auraient « tiré » le rideau vers le bas, critiqués et ruinés.
N’ayant été sûrement jamais dans ces responsabilité-là, peuvent-ils comprendre ? Dans leur situation, ils sont à l’abri du besoin et toujours tirés vres le haut des responsabilités les amenant aux sommets de leurs ambitions. La Montagne 25/10/2016

godardinaugurationtranslohr200999999999.gif

Moins de 9 ans et déjà des travaux, à plus de 8 millions d’euros!!!!!

logo_new Après seulement moins de 9 ans d’activité (secteur la pardieu), les problèmes s’accumulent autour du tramway. 4 mois d’arrêt pour travaux sur Saint-Jacques nous avons le « plaisir » de faire savoir aux clermontois que, pour cause de travaux sur le viaduc Saint-Jacques, le tramway sera complètement immobilisé pendant les 4 mois d’été 2016. La construction de la plate-forme structure sur laquelle circule le tramway nécessite en effet de gros travaux pour des raisons de sécurité sur tous les ouvrages d’art (pont et viaduc). Son « ancêtre » avait fonctionné pendant 66 ans (de 1880 à 1956) et en plus il passait par la gare. Visiblement le tramway actuel ne dispose pas de la même fiabilité. Les différents désordres observés sont liés à des infiltrations d’eau entre le dessous de l’étanchéité et le tablier en béton armé provoquant un décollement de l’étanchéité, une dégradation prématurée des enrobées, l’altération des armatures et du béton du tablier de l’ouvrage. A noter que le Viaduc des Carmes et la Trémie Schuman présentent depuis peu les même symptômes.Ces dégradations sont le résultat direct à la fois du choix des élus socialistes d’un tramway sur pneu et de leur manque d’anticipation.
Le tramway Clermontois est déjà en travaux alors que la ligne à moins de 10 ans!!!!
On se pose beaucoup de questions sur la durée de l’infrastructure de ce type de transport. Les réponses sont rapides la maintenance des voies (orniérages) n’a jamais été prise en compte lors du projet par les dirigeants de l’époque, dont il faut renouveler la chaussée de la plateforme (goudron). Oui le tramway Clermontois est un véhicule type poids lourd qui circule dans la ville de 40 tonnes par rames à vide !!! Pire le viaduc Saint-Jacques aura ça deuxième maintenance (travaux en 2013) depuis la mise en service de celui-ci, dont le poids du Translohr (40 tonnes) aura eu raison de ces 50 ans d’existence. Les problèmes d’infiltrations de fuites du viaduc est dû que celui-ci n’a pas été conçu pour recevoir au grand dam 80 tonnes!!!! (2 rames de tramway) mais les dirigeants politiques ingénieurs et techniciens en ont voulu autrement, au détriments des clermontois qui vont devoir mettre la mains au porte-feuille à coût de plus de 8 millions!!!! ce grand projet à bout de souffle donc les tranches s’étalent sur plusieurs années. On est pas près de voir diminuer les impôts qui plafonne déjà à 9 % !!!! s’il faut tout les moins de 10 ans faire des réparations d’entretien de cette ligne de tramway de translohr, les clermontois ne peuvent pas adorer ce mode de transport. Pendant ce temps les riverains de la ligne de tramway vont encore souffrir des énormes travaux, exemple rue du creux de la chaux, typiquement unique le partage véhicules et rames quelle ingéniosité de la part des dirigeants.
A quand des Hommes et Femmes qui auront une politique de déplacements économique, écologique et durable.
En tout les cas les dirigeant ne se mouillent plus une deuxième ligne ce n’est pas pour tout de suite

Guidage rail central non-débrayable avec caisse de conception tramway classique
Tramway de type Translohr STE4 à Clermont-Ferrand, France.
Le système est basé sur le rail central et le véhicule est conçu pour ne fonctionner qu’avec ce rail (exemple : nouvelle ligne de Clermont-Ferrand). À ce titre, il se rapproche plus du tramway classique.
Ce système est directement inspiré du monorail Larmanjat, dont une ligne fut mise en service entre Le Raincy et Montfermeil, en 1868. Le système ne fut pas un succès.
Son moteur principal est électrique. La prise de courant se fait généralement par pantographe et caténaire.L’utilisation de pneus sur une chaussée contraint de saler cette dernière en cas de verglas ou de neige, ce qui n’est pas nécessaire avec le rail.

Une-plaquette

voir l’article du 11 décembre 2012 l’énorme chantier sur la ligne du tramway

La droite de Jean-Pierre Brenas se réveille très très tard …….

Les irréductibles gaulois sont de retour et fulminent sur le billet de Jean-Pierre Brenas, celui-même qui a été un des premiers à être venu à l’inauguration de ce mode de transport. Sur le blog de la droite Clermontoise http://www.jean-pierre-brenas.com celle-ci se réveille bien tard, est déraille dans son billet en évoquant avec « plaisir » les problèmes liés au choix du tramway sur pneu clermontois, le translohr. Entre l’indisponibilité du tramway pendant les 3 mois d’été 2016 pour sécuriser le viaduc St Jacques voir dans le futur celui des Carmes et la trémie Schuman. Les problèmes de coûts de la maintenance et d’entretien liés à ce mode de transport soit-disant innovant (sic…) de plus des soucis de conformité liés aux cabines trop étroites pour les chauffeurs avec des pathologies musculaires. Et enfin des endettements tout azimuts avec des emprunts toxiques sur le dos. La droite UMP et le Centre n’ont rien fait pour arrêter ce gouffre du pseudo-tramway, bien au contraire…. les contribuables paient l’addition.

Voici dont le billet voir sur http://www.jean-pierre-brenas.com

la peur du tram Clermontois

Le tramway clermontois, même sur des pneus, ça déraille !

Après seulement 8 ans d’activité, les problèmes s’accumulent autour du tramway.
4 mois d’arrêt pour travaux sur Saint-Jacques
Le groupe d’opposition a le « plaisir » de faire savoir aux clermontois que, pour cause de
travaux sur le viaduc Saint-Jacques, le tramway sera complètement immobilisé pendant les
3 mois d’été 2016.
La construction de la plate-forme structure sur laquelle circule le tramway nécessite en effet
de gros travaux pour des raisons de sécurité sur tous les ouvrages d’art (pont et viaduc).
Son « ancêtre » avait fonctionné pendant 66 ans (de 1880 à 1956) et en plus il passait par la
gare. Visiblement le tramway actuel ne dispose pas de la même fiabilité.
Les différents désordres observés sont liés à des infiltrations d’eau entre le dessous de
l’étanchéité et le tablier en béton armé provoquant un décollement de l’étanchéité, une
dégradation prématurée des enrobées, l’altération des armatures et du béton du tablier de
l’ouvrage.
A noter que le Viaduc des Carmes et la Trémie Schuman présentent depuis peu les même
symptômes. Futurs travaux à venir…
Ces dégradations sont le résultat direct à la fois du choix des élus socialistes d’un tramway
sur pneu et de leur manque d’anticipation.
Notre groupe demande au Président du SMTC le coût réel de la maintenance du tramway.
4 millions d’euros pour de nouvelles cabines
Et niveau dépense d’entretien ce n’est pas fini !
Le SMTC se trouve dans l’obligation de devoir dépenser 4 millions d’euros pour mettre en
conformité les cabines du tramway.
Pourtant dès le début les chauffeurs de la T2C avaient contesté ce choix de cabines qui ne
leur paraissait pas en conformité avec l’ergonomie souhaitable. Aujourd’hui, la réalité leur
donne raison. Multiplication des maux de dos et pathologies musculaires, dus à une position
de conduite mal adapté.
Le SMTC lourdement endetté réduit à demander l’aide d’un fonds de soutien
Ces dépenses tous azimuts tombent d’autant plus mal que le SMTC est déjà lourdement
endetté : plus de 200 millions d’euros. Pire : parmi ses dettes le SMTC compte des emprunts
toxiques.
Le SMTC souhaite donc demander son aide à un fonds de soutien crée par l’État (et donc
financé par les impôts des contribuables pour aider les collectivités imprudentes) L’aide
interviendrait sur 2 contrats, l’un d’un montants de 5,6 millions d’€uros et l’autre de 6,5
millions d’€uros.
Le SMTC est donc incapable de réaliser de nouveaux investissements importants. Renvoyé
aux calendes grecques, donc, le projet d’une 2éme ligne passant par la gare SNCF et
desservant d’autres communes !
La droite et le centre font des propositions concrètes sur le transport
Ce constat doit également inciter à établir les responsables de ces échecs, non pour
sanctionner mais pour défendre les contribuables.
A l’occasion des élections départementales, on peut et on doit se poser la question de la
place du futur Conseil Départemental du Puy-De-Dôme, désengagé du SMTC.
Dans le cadre de la future région Auvergne-Rhône-Alpes, nous devons d’urgence lancer une
politique de développement pour recoller au peloton de tête des villes de Rhône-Alpes.
Les candidats du rassemblement de la droite et du centre des cantons de Clermont-Ferrand
proposent une réorganisation complète de la politique des transports en réalisant une
véritable intermodalité à l’échelle de la métropole, en rassemblant toutes les autorités
organisatrices de transports, aussi bien l’État que les collectivités territoriales.
Nous organiserons des États-généraux des transports collectifs pour mieux servir les
clermontoises et les clermontois.
Nous établirons un billet unique à 1 euro….. qui permettra d’emprunter aussi le tramway
dont on espère qu’il retrouve la voie de l’investissement et des économies de maintenance !

Dommage aux détracteurs commentateurs nombreux comme

Super Bougnat
sbougnat@….

Envoyé le 22/06/2012 à 15:48

Au risque de me faire lapider, je me risque à dire qu’il faudrait un peu arrêter de jouer les pleureuses !!!

Certes le Tram de Clermont est pas le top du top, on peut contester le choix de Lhor etc etc… Je suis pas non plus supporter de Godard…
Mais une bonne grosse majorité des problèmes que vous soulignez concernant le tram sont inhérents à TOUS les transports en commun !! Alors à moins de vouloir totalement vous en passer…
Les arguments de dire que la conduite est trop brutale, que c’est pas beau etc etc… Franchement c’est bidon !! (et même démago…) Tous les modes de déplacements, et tous les modèles de Tramway ont leurs avantages et leur défauts. La perfection ça n’existe pas, surtout dans ce domaine. En fait je pense juste que vous râleriez pareil si c’était un autre tram, un métro, où si vous habitiez une autre ville…

la Gone
antoinedestvictor@…..

Envoyé le 21/11/2011 à 20:21

tout cela est puéril, préférez vous une rue pleine de voitures qui font un boucan pas possible, à un transport écologique et peu bruyant par rapport à une horde de chauffeur fou du volant et près à vous reluquer derrière vos carreaux de douche !!!!!
cordialement la gone

L’énorme chantier sur la ligne du tramway tout l’été 2013 non-stop jour et nuit.

Les 14 kilomètres de ligne du tramway en chantier sur 7 semaines !!! aucunes rames ne circuleront. vous allez adorer l’énorme chantier du tramway l’été 2013

L’énorme chantier sur la ligne du tramway tout l’été 2013 non-stop jour et nuit. dans La politique de Clermont-Ferrand tram_pub-chantier-2013-3-300x279

Après seulement de 6 ans d’activité !!! Les élus et responsables du SMTC n’ont pas fini d’être aux petits soins avec leur joujou (cet été le goudron de la voie, au niveau des stations ont été refait pour cause d’orniérages), puisque celui- ci vieilli très mal, censé être plus économique qu’un vrai tram … sauf que l’usure de la chaussée par orniérage (et des pneumatiques) est bien plus rapide et important que l’usure d’un rail !!! Les riverains n’ont pas eu le temps de digérer les travaux, tout comme les petits fours lors de l’inauguration le 14 octobre 2006 que le tramway, va subir d’importants travaux de rénovation sur les 14 kilomètres, durant l’été 2013. Du 8 juillet au 26 aout 2013, sur 7 semaines, que s’étaleront les travaux de maintenance de la plateforme, la totalité des rames seront en maintenances aucunes rames ne circulerons. La voie sera totalement rénové par un autre revêtement en goudron pour cause : fissurations, d’étanchéité, d’épaufrures et autres longrines ou boite à eau, de même le changement de rail sont également programmés. Pour faire ces gigantesques travaux en seulement 7 semaines, ceux-ci se feront non-stop de jour comme de nuit causant de nombreuses nuisances aux riverains de la ligne durement impacter par la proximité de la voie. On peut imaginer que cela implique le coût de cette opération (environ 1 Million d’euros), de remise à neuf de la ligne surtout en temps de crise, mais les élus et responsables non que faire du montant tant que les concitoyens puissent continuer de payer leurs impôts. Le plus gros chantier se situe sur le pont de Neyrat, lieu stratégique ou le tramway enjambe le boulevard en sortie du centre de maintenance, ce lui-ci à des problèmes d’étanchéité et de malfaçon, il doit être entièrement gratté jusqu’au tablier. Et la connexion de la ligne vers les vergnes va être aussi réalisée ce tronçon de 1,7 kilomètre pour une somme de plus de 22,84 millions d’Euros. Les rames subiront des modifications : interphone ; habillage de la vidéosurveillance ; pédale homme-mort pour un montant de 580 000 Euros. De même le SMTC va remplacer la rame cramoisie du 26 décembre 2009 avec un acompte 1 millions d’Euros des assurances.
Lors de la création de ce type de transport ces mêmes responsables et élus ont préférés rayer le montant de la maintenance. Depuis de nombreuses années ont pointe des problèmes de maintenances sur le translohr, lorsqu’il y avait eu 10 rames hors service et l’affaire de la RATP qui voulait reprendre la T2C le maire clermontois avait répliqué « N’écoutez pas ce qu’ils disent! Il n’a jamais été question de privatiser quoi que ce soit! Nous vont des problèmes de maintenance. Nous sommes obligés de sous-traiter certaines opérations », lors de la venue de la candidate PS Ségolène Royale pour les présidentielles en septembre 2011.

Nouveau transport en commun à Clermont-Ferrand

Devinette d’élus clermontois avant Noël voici un nouveau transport sur la ligne B aux couleurs fleurs de lave, il est plus large que le translohr, il est prioritaire aux feux et aux carrefours, non ce n’est pas le traineau du père Noël, ni un tramway, c’est…..

bus-irisbus--300x210 dans Tramway de Clermont-Ferrand

… le BHNS le bus à haut niveau de service depuis samedi dernier, cela conforte la stratégique que l’on avait prévus depuis de longue dates. Les élus viennent d’enfumés les usages et les électeurs sur les projets d’une future ligne de tramway dans le programme des élections municipales de 2008. Ce type de transport issu de la conception nord-américaine d’exploitation de lignes de bus a été transposé en France dans le but d’approcher un service proche de ce que peuvent offrir d’autres systèmes de transports en commun, notamment le tramway à la française ou les métros mais avec un coût au kilomètre moins élevé. En effet l’aménagement d’une ligne de bus en BHNS, même en site propre intégral, nécessite un investissement bien moins lourd que la construction ;une ligne ferrée et offre des possibilités de réaménagement plus souples, moins de nuisance sonore, pas de maintenance (balayage des voies et des rails, contrôle des lignes électrique) sur la voie les nuits, moins de galère quant-il y aura une panne sur celui-ci, plus rapide à mettre en place puisqu’il équipera la ligne 6 l’année prochaine, mais les inconvénients comme : le prix non concurrentiel et son carburant: diesel sont les points noirs à l’heure à la crise et les effets sanitaire de la pollution au diesel. Le bus à haut niveau de service type hybride ou électrique aura des beaux jours devant lui, il remplacera sûrement dans le long terme le translohr, ou les tramways beaucoup trop coûteux en matériel et maintenance .

(voir http://lesirreductiblesgaulois.unblog.fr/2011/09/22/10-rames-au-garage/)
(voir http://lesirreductiblesgaulois.unblog.fr/2011/08/11/translohr-nouvel-incendie-dun-translohr-a-padoue-et-la-ratp-entre-au-capital-des-transports-de-clermont-ferrand/)

http://www.notre-planete.info/environnement/pollution_air/dieselsante_0.php

Transports Caen stoppe le sien, Nancy rapièce son tram sur pneus et Clermont-Ferrand paie 12 millions d’euros chaque année depuis 2008 pour son fonctionnement.

Alors que la communauté urbaine de Strasbourg s’enflamme pour un tram sur pneus, Caen vient de jeter l’éponge, tandis que Nancy pose des rustines. Trop de pannes et de maintenance. Bref, peu fiable.

Transports Caen stoppe le sien, Nancy rapièce son tram sur pneus et Clermont-Ferrand paie 12 millions d'euros chaque année depuis 2008 pour son fonctionnement. dans La politique de Clermont-Ferrand tram

Le tram sur pneus, une espèce en voie de disparition ? Caen a signé l’arrêt de mort de son tramway Bombardier avant la fin du contrat de trente ans qui le liait au constructeur. Le président du syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération caennaise, Eric Vève (PS), en a plus que marre des dysfonctionnements d’un modèle vendu à l’époque comme révolutionnaire. En 2002, l’agglomération caennaise avait investi 215 M€ dans son tram hybride joliment dénommé Twisto. À peine dix ans plus tard, le résultat est sans appel.
pictograms-road_signs-tram_roadsign dans Tramway de Clermont-Ferrand

Bonne décision.Trop de pannes importantes (20 à 80 évacuations de rames par mois), trop de maintenance (un million d’euros par an pour les concessionnaires) et impossibilité de rallonger les véhicules. « Depuis deux ans, les usagers du réseau Twisto semblent s’éloigner du tram, probable conséquence de tous les problèmes de fiabilité, de disponibilité et de saturation », dévoile le dossier de presse du syndicat mixte normand. Écœuré par les défaillances répétitives de son matériel, Caen a décidé d’arrêter les frais et travaille au remplacement par un tram sur fer. Coût total de l’investissement : 170 M€. Avec une mise en service pour 2018.
L’agglomération était engagée jusqu’en 2032 avec Bombardier et Spie, mais Eric Vève et les élus du syndicat mixte ne désirent pas leur verser la moindre indemnité pour rupture de contrat. Le tribunal administratif tranchera sans doute.
Jusqu’en 2022
« Cette bonne décision intervient beaucoup trop tard. De son côté, Nancy aurait dû la prendre en 2002 », estime Olivier Calderara, élu GCT de la SAS Véolia Transdev Nancy, société qui assure les transports en commun de l’agglomération nancéienne. « Déjà, lors de la marche à blanc, on savait qu’il ne fonctionnait pas. » Depuis 2000, le dossier du tram a concentré de nombreux débats houleux au sein de la communauté urbaine du grand Nancy, CUGN.
Le tram nancéien, comme son frère jumeau de Caen, n’est guère fiable. Le mal est grave, car le conseil général de l’environnement et du développement durable, missionné par le secrétaire d’Etat aux transports, s’est penché sur le tram. En 2010, il concluait à un retrait qui « doit être envisagé dès maintenant pour les deux collectivités ».
Cependant, Nancy a décidé de jouer la montre. En septembre 2010, André Rossinot, président de la CUGN, a assuré que le tram roulerait jusqu’en 2022, terme de son contrat avec Bombardier. Mais pour survivre jusqu’à cette date, les 25 véhicules lorrains subiront, à partir de cet été, un traitement de cheval, avec une révision complète. Coût de l’ordonnance pour chaque véhicule : 750 000 €, l’Etat en prend 250 000 à sa charge, le reste sortira de la poche du contribuable local. A ajouter aux 150 M€, dépenses globales pour le tram, infrastructures comprises. Cher tram sur pneus. Mais d’ici à 2022, beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts. Et les élections municipales auront eu lieu.

M.-O. N.
D’après l’article du 180112 de l’Est républicain envoyé par un commentateur JLR avec nos remerciements.

« Depuis 2008, on doit mettre chaque année 10 à 12 millions d’euros de la poche pour le fonctionnement du translohr; doit-on balayer ce type de transport ? « 

110704091450121676-300x225
la balayeuse qui circule les nuits pour nettoyer la plateforme entre minuit et deux du matin

Le tram sur pneu ne peut pas être aujourd’hui qualifié de matériel fiable. Caen et Nancy n’ont cessé de déplorer les pannes incessantes de leur tram sur pneu fabriqué par Bombardier, à tel point que Caen envisage de renoncer à exploiter le sien et de se doter d’un tram « fer ». Pour ce qui est du Translohr à Clermont-Ferrand, c’est le maire Serge Godard qui déclare dans une interview du 19.09.2011 que « depuis son inauguration en 2006, il transporte 65.000 voyageurs par mois mais est trop souvent en panne, les incidents techniques sont nombreux et on n’en connaît pas l’origine ». Quant à l’audit demandé par le préfet et portant sur la sécurité, il est accablant (La Montagne du 30.09.2011) et démontre que ce système est exploité dans des conditions de sécurité inacceptables. Depuis 15 ans, le Translohr n’est exploité qu’à Padoue et à Venise, dans une zone industrielle de Shangaï et à Clermont-Ferrand. Aucune de ces villes n’a cherché à développer son réseau, tout juste envisage-t-on de prolonger la première ligne. Toutes ces villes connaissent les mêmes problèmes : déraillement de roues ou incendie, défaillance inexpliquées d’organes de sécurité, dérapage des dépenses de maintenance. De plus le tram sur pneu ne coûte pas moins cher en frais de fonctionnement. Au contraire ses coûts d’entretien sont élevés et il consomme 30% d’énergie électrique de plus que le tram classique. D’après le maire du Cendre, Hervé Prononce préside le groupe d’opposition « Alternance Républicaine » à Clermont-Communauté le dossier T2C a usé Serge Godard. Celui-ci précise, il y a trois ans on s’est aperçu que le président Serge Godard et son équipe n’avaient pas financé le fonctionnement et depuis 2008, on doit mettre chaque année 10 à 12 millions d’euros de la poche pour ce fonctionnement. C’est la fameuse taxe additionnelle payée par les habitants de l’agglomération.

Le prolongement au quartier des Vergnes avec 1,7 kilomètres pour 22,84 millions d’euros, alors que Lohr vend une partie du capital de sa division tramway .

La vente d’une partie du capital de Translohr, la division tramway, pourtant la plus rentable du groupe Lohr Industries, a été annoncée par Robert Lohr dans un article du Figaro. Après avoir vu son chiffre d’affaires divisé par quatre en quatre ans, il fallait à Robert Lohr, président-fondateur du groupe, 50 millions d’euros avant la fin du mois de décembre pour éviter la faillite. Le président assure qu’il « privilégiera des acquéreurs industriels garantissant le maintien des emplois en Alsace », où est basée l’entreprise. Il n’a pas communiqué son prix de vente, mais indique qu’il lui a fallu investir 120 millions d’euros dans la mise au point de sa division tramway. Le Translohr circule déjà à Clermont-Ferrand, Padoue, Mestre-Venise, et Shanghaï. Il équipera bientôt deux lignes de tramway de la RATP.

Translohr : nouvel incendie d’un Translohr à Padoue et La RATP entre au capital des transports de Clermont-Ferrand

Après l’incendie spectaculaire de Clermont-Ferrand durant l’hiver du 26/12/2009 voir article « 2.3 millions partis en fumée!!!!!! » ou « Un tram pas très propre… », et le déraillement d’une rame le 10 janvier 2001 voir article « Le tramway le plus coûteux du monde déraille », un nouvel incendie vient de se produire sur un Translohr à Padoue le 20 avril dernier.

Translohr : nouvel incendie d'un Translohr à Padoue et La RATP entre au capital des transports de Clermont-Ferrand dans Tramway de Clermont-Ferrand leggo21avril20111

Or on sait que le coût du matériel roulant Translohr est significativement plus cher pour le nombre de personnes transportées. Cette situation s’explique par sa largeur plus faible (2,20 mètres) que celle d’un tramway sur fer (2,40 à 2,65 mètres), et par la complexité de sa technologie et le faible nombre de séries construites et proposées par un seul fabricant qui se trouve ainsi en position de monopole1.

130331167586703m1 dans Tramway de Clermont-Ferrand
Exemples:

Les deux marchés ont été passés en 2010, l’un par la RATP, pour la commande de 28 Translohr de type STE6 d’un coût de 171,6 M€ (dont 22,8 M€ pour le système de guidage) pour 250 places dont 60 assises par engin2, l’autre par le Syndicat des transports de l’agglomération de Tours (Sitcat), pour la commande de 21 tramways classiques sur fer Citadis fabriqués par Alstom, d’un coût de 73,2 M€ pour 291 places dont 85 assises par engin3.

Ramené au nombre de places, le coût du Translohr en 2010 (hors système de guidage) est de 21 257 € la place (5,31 M€ par rame) et celui d’un Citadis est de 11 978 € la place (3,49 M€ par rame). Le Translohr est donc 77% plus cher qu’un tramway classique à roulement fer pour le nombre de places proposées. Ce qui explique la rentrée d’un géant au capitale: la RATP pour essayer de combler le déficit engendre par ce mode de transport.

retouralaroute
Déraillement à Tianjin (Chine) en 2007

pour un système réputé « indéraillable », ça la fout mal…

ce qui est terrible, c’est que les promoteurs de ce système sortent à longueur de temps des contre-vérités pour vendre leur « machin », genre :
- « seul le pneu permet de grimper des rampes de 13 % » c’est oublier les vieux trams de Lisbonne qui grimpe allègrement du 14 %, les anciens trams de Lausanne et Rouen faisaient de même !
- « il coûte moins cher qu’une voie de tramway classique » encore faux : le coût au km du « machin » clermontois est le même que les tramways récents, voire supérieur…

sans parler des surcoûts à l’entretien : orniérage, surconsommation électrique, usure des pneus supérieure aux prévisions

et cerise sur le gâteau : une fois acheté du Translohr, pas moyen de prendre autre chose : les TVR Bombardier et Translohr sont incompatibles techniquement.

La Sem est à bout de souffle » LA RATP rentre au capital des transports de Clermont-Ferrand

translhoritalien.jpg
Alors que les incidents sur le translohr se multiplient comme des petits pains, la RATP rentre au capital des transports de Clermont-Ferrand, le projet a été voté par le Syndicat mixte des transports clermontois (SMTC) le 16 juin 2011, qui ouvre 20 % du capital à un nouvel opérateur avant le renouvellement du contrat d’exploitation du réseau de transport, fin 2012.
Le renouvellement du contrat d’exploitation des transports publics de Clermont-Ferrand, les élus ont fait entrer un opérateur d’envergure nationale au capital de la société d’économie mixte jugée « à bout de souffle ». Ils ont voulu que ce soit la RATP. La colère des syndicats qui ont appelé à des grèves le 28 juin 2011 et le jeudi 7 juillet 2011, donc aucun bus ni tramway n’ont circulé à Clermont-Ferrand contre l’entrée de la RATP au capital de la T2C, la société d’économie mixte des transports clermontois, dont l’actionnariat est strictement local*, la décision finale se fera en septembre. Les syndicats protestent ainsi contre l’arrivée de la régie des transports parisiens sur les terres et dans les caisses d’Auvergne. « L’argent public local investi dans la T2C va sortir de l’agglomération pour permettre à la RATP de se développer, c’est ce qui s’est passé dans d’autres villes avec l’arrivée d’opérateurs extérieurs », affirme Damien Romero, de la CGT. Les organisations syndicales veulent une Société publique locale, des grèves s’annoncent à la rentrée.

« Est-ce la Sem** ou le tramway sur pneu qui est à bout de souffle » ?

Louis Virgoulay, vice-président du Syndicat mixte des transports clermontois (SMTC), et conseiller aux déplacements urbains de la ville réplique « Parce que les incidents, pannes, déraillements se multiplient sur la ligne de tramway sur pneus, nous avons même eu un incendie sur une rame », argumente. Une expertise est en cours. De même Louis Virgoulay, déclare « la montée en puissance du réseau de transport nécessite le renforcement de la technicité de la Sem qui est à bout de souffle. L’entrée de la RATP peut lui donner les moyens humains et le savoir-faire nécessaires, d’autant que la Régie va bientôt exploiter deux tramways sur pneus Translhor, le même que le nôtre, sur les lignes du T5 et T6 en région parisienne ».La société des transports de Clermont, T2C, avait conclu un contrat d’assistance technique avec la RATP en 2002, pour y mettre fin en 2007, « ils les ont virés, c’est bien dommage ! », commente vice-président du SMTC. »Nous avons besoin de cette compétence technique pour le tram comme pour le réseau de bus qui doit faire sa révolution, nous ne reviendrons pas sur notre décision d’ouvrir le capital, cela va muscler la réponse de la Sem au moment de l’appel d’offres », prévient l’élu.

A entendre l’élu, tout pense à croire que le tramway sur pneu lohr est à bout de souffle, les décideurs tentent de faire survivre leur projet en union avec la RATP qui exploitera bientôt le même transport. Ce qui est mis dans le rapport de la chambre régionale des comptes est important, d’abord la gestion du projet, qui s’apparente à du bricolage: préparation insuffisante, entorses graves et coûteuses aux procédures relatives aux marchés, dysfonctionnements, signatures différées selon les circonstances….. L’endettement dénoncé est impressionnant, c’est pour cela que la RATP pointe son nez. Comme cela se fait avec les villes de Caen et Nancy qui ont le tramway sur pneu de type Bombardier, dont la commercialisation date de 2000, et les déboires sont réels. Le tramway de bombardier a une disponibilité médiocre et des coûts de maintenance élevés. Le nombre d’heures nécessaires pour entretenir les tramways est dix fois plus élevé que ce qui avait été prévu au départ alors que les coûts de maintenance sont cinq fois plus élevés. À Caen, les travaux de maintenance ont coûté 500 000 euros de plus que prévu, actuellement réglées par les exploitants du TVR (Transport sur voie réservée). La ligne est perturbée chaque mois par une centaine de « pannes rouges ». Avec interruption du trafic de plus de trois minutes ou même retour au dépôt. L’État ayant participé à la promotion de ce tramway sur pneus bombardier, celui-ci subventionnerait à hauteur de 30% le remplacement de la flotte Bombardier, sur une assiette de 500 000 euros par rame, pour les dix années à venir. Même certains élus de l’opposition de Clermont-Ferrand sont fidèles au translohr en l’occurrence Jean-Pierre Brenas qui décrit ces propositions sur un article 08 juillet 2011 « Les TCSP devront intégrer la future ligne B du tramway de même que l’extension Nord et Sud de la ligne A en direction de Cébazat et Cournon ». Alors que le translohr prend le même rail, l’endettement de celui-ci est de 246 millions d’euros en 2009, et passera sans doute à 270 millions d’euros en 2011, la citation de Georges Clemenceau est de rigueur aussi sur la ville de Clermont-Ferrand « La France est un pays extrêmement fertile. On y plante des fonctionnaires, il y pousse des impôts ».

* Le capital de T2C est composé comme suit : 65% Syndicat mixte des transports clermontois (SMTC). Le reste : Caisse d’Epargne d’Auvergne, Chambre de commerce et d’industrie, association du personnel.
** Société d’économie mixte des transports

sources: http://www.mobilicites.com/recherche.php?lang=fr

http://chatillon.ecologiesolidaire.fr/post/2011/04/27/Translohr-%3A-nouvel-incendie-d-un-translohr-%C3%A0-Padoue

Totalement bruyant ce translohr.

Totalement bruyant ce translohr. dans Tramway de Clermont-Ferrand

Grincement, frottement du rail de guidage, sont à l’honneur sur le translohr très bruyant. A-il des pneus? Est-il un tramway ou un trolleybus? Et les nuits sont courtes avec l’entretien de la voie et des rails entre minuit et 4h du matin. Ont-ils peur du déraillement ?

video_bruit fort par urban old boy

video_bruit par urban old boy

Ne faudrait-il pas investir sur un vrai trolleybus largement moins coûteux, fiable, silencieux, entretien de la voie le jour et facile à  le faire évoluer, au lieu d’un matériel fixe bruyant et système propriétaire* du translohr. Il parait qu’un nouvel, investisseur va essayer de renflouer le déficit de ce joujou. A voir.

 dans Tramway de Clermont-Ferrand

*Le système ayant entièrement été conçu et développé par Lohr Industrie, c’est un système propriétaire. Une fois installé, seul du matériel Lohr peut emprunter ces rails. Le principe du système de guidage déposé empêchera la concurrence de proposer ses offres, permettant à Lohr d’avoir une liberté totale concernant le prix de son matériel.

Tramway sur fer et Busway à Clermont-Ferrand ?

compotram1.png

L’opposition Clermontoise reprend notre idée après temps d’années de louanges face au joujou du maire et de ses élus en faisant un volte face, ce qui réconforte notre crédibilité. Maintenant l’élu JP Brenas chef de fil de Clermont Avant Tout et conseiller d’opposition à Clermont-Ferrand décide un nouveau matériel de tramway  en empruntant les voies de chemins de fer, le laxisme de la droite n’a rien fait pour s’opposer dès le départ au choix pneumatique du translohr. Bien au contraire Monsieur Brenas: qui était le  premier de l’opposition à vouloir rapidement une seconde ligne de translohr, après l’admiration  de celui-ci lors de son inauguration en 2006, changeant la ville en la modernisant. Et tous les élus nageaient dans l’euphorie des pro-tramways Clermontois, et les couvertures médiatiques ne parlaient que de celui-ci, et relayaient les autres systèmes au purgatoire. Alors que les inconvénients du Translohr sont nombreuses voir ici ou ici. Mais la crise est passée par là, faisant redescendre les pro-tramways de leurs petits nuages douillés. La réalité en face est dure à voir, mais ainsi soit-elle, les élus aux pouvoirs ont caché que leur beau projet ressemblait à du pur bricolage aucune préparation, d’impressionnants emprunts (246 millions l’année dernière et autant pour l’avenir) et une gestion catastrophique d’après la chambre régionale des comptes pointe 6 gros marchés sur 262 qui sont litigieux, le marché passé par le SMTC concernant la fourniture en courant faible pour l’ensemble du réseau bus et tramway, soit 17,5 millions d’euros en 2003. Un nouvel appel d’offre est organisé et le Président du SMTC persiste et signe : l’offre d’INEO est retenue ! Mais dans l’intervalle, le marché est passé de 17,5 millions d’euros à 21 millions d’euros voir ici. dénonce notamment 48 primes (chaleur, intempéries, nuit, habillement…) et prime augmentant de 12% tous les ans!!!! Le Kilométrage parcouru augmente de 4.5% pendant ce temps le coût s’envole de 62%, les effectifs accru de 31%  pour les agents et 79% pour les cadres!!!! Les dérives vont plus loin jusqu’en 2008 Lohr, constructeur du tram, assurait la maintenance au centre de maintenance, il utilisait 7 personnes, la T2C a pris le relais et affecta 17 personnes pour des taches identiques!!! (1) et cela a fait une rame calcinée. Une ligne totalement bruyante (2) de jours (rames), de nuits (nettoyages et maintenance de la ligne), dont pendant plus de trois semaines la ligne a été fermée (22h30 à 5h) entre Champratel et Gaillard pour effectuer la maintenance de la LAC avec un camion nacelle non des plus taciturne comme l’annonce la Pravda , si c’était normale de faire autant de bruit la nuit voir articles précédents ici ou ici ainsi de nombreux accidents avec les véhicules voir ici . De même des travaux ont été effectués à certains arrêts de tram pour combler les différences de niveau avec de la résine, d’après le site d’opposition le Clermontois,  mais ces fugaces travaux n’arrangent aucunement,   d’authentique usagers comparent le tramway à « un train de début du siècle dernier, c’est un véritable tape-cul !!! » sic. Le directeur du SMTC de l’époque François Moulin avait parlé « d’une belle et grande aventure, qu’ils avaient bossé comme des fous avec une des plus belles équipes d’ingénierie de la mobilité de France » dans le quotidien Pravadesque datant du 21/01/2010. De même de grosses entorses et coûteux marchés illicites passés entre autre avec lohr, mais aussi les abords de la ligne et les expropriations ont été financés par le SMTC qui regroupe 22 villes de l’agglomération Clermontoise, alors que cela devait être à la ville de Clermont-Ferrand qui devait payer. Qu’en est-il du financement de la place de Jaude ? Et de la rame de 2.3 millions d’euros calcinée à la pardieu? voir ici  . Or la deuxième ligne n’est pas prête de recevoir translohr, trop coûteux. Mais un autre projet de transport est dans les cartons, le Busway est commercialisé à Nantes. Le Busway est un nouveau moyen de transport hybride entre le tramway et le bus comme le nom l’indique. Il est fabriqué par Mercedes  roule au gaz naturel et transporte 120 passagers. 

busway.jpg

Busway Nantes

 

Le choix du tramway sur fer à la place du translohr est une valeur sûre, et une technologie qui a fait ses preuves de longues dates. Puisque Clermont-Ferrand était la première ville à avoir ce type de transport, pourquoi n’avoir pas repris le même concept ? Ce pseudo-tramway  voulu par la ville en référence avec l’industrie pneumatique ancrée dans la ville depuis plus d’un siècle. Mais ce clin d’œil pour celui-ci ont coûté très cher aux contribuables et peu rentable, surtout au sud de la ligne. Cette même Chambre régionale des comptes a  récemment dévoilé les statistiques, d’une moyenne de 500 passagers par jour à la station de la Pardieu pendant les jours scolaires. Il faut se rendre à l’évidence que ce tronçon était profitable tout simplement pour avoir les subventions de l’Etat, donc du parfait rafistolage puisque la ligne d’origine ne passait pas par la gare de Clermont-Ferrand.  Nous ne doutons aucunement qu’en période de vacances scolaires ou en fin de semaine, les rames tournent quasiment à vide dont les quelques passagers sont les contrôleurs.

Le concept du tramway sur fer, peut emprunter les lignes SNCF, qui sont nombreuses sur l’agglomération Clermontoise, avec des dessertes  gares sur d’autres communes, et régler le problème  de la dangerosité de la présence d’un réseau ferroviaire dans nos rues, exemples rue du creux de La Chaux ou les coupures des grands axes au sud de la ligne. Cela permettrait d‘éviter le stationnement des véhicules extérieurs en centre ville, comme c’est le cas aujourd’hui, tous les parkings sont près du centre ville de Clermont-Ferrand. Avec le tramway sur fer, les personnes habitant à l’extérieur de Clermont-Ferrand  stationneraient près d’une gare, proche de leur commune ou se déplaceraient à pied.  De là le tramway sur fer les emmèneraient en direction de Clermont-Ferrand, avec les lignes existant de la SNCF qui substituent les rames de trains. Ce serait  une vraie « inter modalisation Train Tram et bus » dans Clermont-Ferrand tant enviée par les élus gauchistes, faisant profiter aux autres communes qui paient les dérives du translohr alors que la totalité de la ligne est sur Clermont-Ferrand !!! Il faut faire un choix d’un tramway  au coût moindre, une technologie fiable et d’une inter modalité sans faille dans le long terme. Le tramway sur fer est propice et logique pour une ville de taille moyenne comme l’agglomération Clermontoise surtout que les infrastructures sont existantes, il y a que la pose de rames et dessert les villes de l’agglomération.    

 

(1) D’après L’effronté N°25 Juillet Août 2010 P3

(2) Sur le site Le Clermontois datant du 22 mars, la droite s’en était remis à Godard par un courrier sur les nuisances sonores du tramway qu’éprouvaient les riverains concernés. La réponse de celui-ci (habitant dans les contrées lointaines de la ligne) était loqueteux, pisseux, pitoyable dépassant l’affliction des riverains en ne parlant aucunement des nuisances de la maintenance de la ligne la nuit. (balayeuses, saleuse, chasse-neige en tracteur l’hiver et camion nacelle pour la LAC etc…).  Cette lettre relève une satisfecit global des mandataires loin de la réalité des riverains mais proche de leurs porte-monnaies.

http://www.nantesmetropole.fr/72600678/0/fiche___pagelibre/

trambrul.jpg

Les Mulets Blancs* Montferrandais contre les ânes Catalanes. Et relancer le débat entre Montferrand et Clermont.

Par TOUTATIS Montferrand est champion de France!!!!

montferrand.jpg

En l’an de grâce 2010 après J-C une bataille fit  fois dans l’Histoire des Arvernes, après celle du plateau de Gergovie.  De  valeureux Gaulois ont résisté farouchement dans l’ancre du colisée de Saint-Denis, afin d’obtenir le Saint-Graal tant convoité par ces ennemis de toujours. Le chef Gaulois Vercingétorix n’est plus aujourd’hui l’unique combattant, ces descendants d’Arverne ont vaillamment montré qu’ils étaient tout aussi combatifs. Nous voulons écrire cette page de l’Histoire du Rugby Montferrandais, où tout un peuple attendait depuis près d’un siècle une victoire de leur équipe préférée. Ces intrépides « Mulets Blancs » Montferrandais sortant d’un autre temps  ont lutté durant plus de quatre-vingt minutes,  dans un extraordinaire jeu de mouvement, et d’occupation du terrain en ne lâchant aucunement des centimètres à ces ennemis d’ânes Catalanes. On se sentait en plein Tournois des VI Nations pour remporter un nouveau grand Chelem. Avec des avants d’une robustesse exemplaire (le monstre à 16 pattes est de retour),  un jeu de pied orchestré par trois virtuoses dignes descendant de chef Gaulois et des arrières en finisseurs exaltant. Il n’y a pas de mots pour retracer ce choc volcanique des guerriers d’Arverne, dont ils sont sortis vainqueurs 19 à 6. Voilà, L’AS Montferrandaise est championne de France, il aura fallu attendre la 11 ième finale et 4 finales d’affilées pour conquérir enfin le bouclier de Brennus. Le retour des héros en terre Montferrandaise n’était pas passé inaperçue, de gigantesques coulées de Jaune et Bleu déferlaient à travers les rues, les avenues, les boulevards, des places et des esplanades. Jamais à Montferrand, le Parc des Sports Marcel Michelin n’a été envahi de liesses, de jubilations  et  allégresses pour ces Jaunards. Les guerriers étaient vêtus de jaune sur un char des temps modernes  précédé de la fanfare montrant au peuple Montferrandais le trophée tant désiré. L’orchestre, lui était sur un véhicule jaune de la société Michelin, avec la joyeuse mascotte des Jaunards, le Bibendum. Le Fondateur de l’ASM, Marcel Michelin aurait sûrement adoré la fête en l’honneur de son équipe. La parade défila près de l’usine de Cataroux, passant par la Place du 1er Mai et la rue entre les deux villes via l’avenue de la République et bifurquant sur la droite vers l’église des Carmes pour prendre la direction du siège Sociale de la Manufacture pneumatique, un clin d’œil qui sans elle, l’ASM ne serait rien. Circulant sous le viaduc des Carmes dont de nombreux Montferrandais exultaient sur celui-ci, afin d’être au plus près des guerriers. Le convoi parcourut toute l’avenue de L’Italie pour atterrir sur l’esplanade de la gare, avec une fanfare de klaxon, puis monta l’avenue Grande-Bretagne où attendaient d’autres jaunards sur la place des Poilus dont celle-ci  pour une fois était vêtue de la parade Montferrandaise. Mais ce que n’attendaient pas les Bibs, c’est un cérémonial, digne du pèlerinage de Notre Dame du Port. En déambulant le Boulevard  Trudaine, le peuple Montferrandais communiait avec le cortège sur la chaussée en procession. Puis les guerriers montèrent en direction de Jaude en traversant place Michel de l’Hospital, les héros ont été surpris de l’énorme marée de Jaune et Bleu avant même d’être sur la place de Jaude. Impossible de se frayer un chemin tellement, les supporters Montferrandais criaient de toutes leurs forces « ASM, MONTFERRAND où QUI NE SAUTE PAS N’EST AUVERGNAT » et tout comme  QUI NE SAUTE PAS N’EST PAS MONTFERRANDAIS. La place de Jaude était vêtue de couleurs Jaune et de Bleu, voilà une revanche pour les « Mulets Blancs » de la ville de Montferrand, face à ça rivale de toujours Clermont. Les braves Gaulois Montferrandais ont rendu un hommage au meilleur public de France, en leurs faisant toucher le bois du Bouclier de Brennus. C’est l’année du Rugby Montferrandais, trois générations d’équipes Montferrandaise ont remporté la finale, les Crabots, les Espoirs et les Professionnelles. OUI MONTFERRAND EST DEVENU LA CAPITALE DU RUGBY. Les  pensées vont aux milliers de supporters qui ont disparus avant même de  voir la consécration de leur chère équipe Montferrandaise, dont le plus connu est l’ancien PDG de la manufacture Edouard Michelin, et c’était la saison à ne pas rater  tellement que cette journée était magique. Voilà Bibendum paré de boucliers pour faire face à ces ennemis.  Le lendemain le Brennus est exposé au siège du manufacturier pneumatique partenaire historique et  les salariés de Michelin ont eu le droit de débrailler plus tôt pour voir le bouclier de Brennus et les joueurs. Vendredi et samedi  les supporters ont pu  voir aussi  le trophée.

 

*Montferrand livre de Marcel Tichit édition Créer 6334 Nonette

Le surnom des Montferrandais ne leur vient pas à cause des nombreux mulets qui gambadaient dans le bourg, mais d’un fait qui  peut daté de 1814 : ce jour là, l’Auvergne accueillait la Duchesse d’Angoulème , a l’entré de Montferrand, 80 jeunes vêtus du costumes de vigneron (plastron blanc) détellent les chevaux de la voiture de la Comtesse et la tirent à l’aide d’une corde pour lui faire honneur.

Les Clermontois, un peu  jaloux, se seraient écries : « Voilà les mulets blancs  » le surnom en serait resté et les Montferrandais paraissent encore fiers de cette appellation. Certains la revendique encore. (Extrait de la page 6).

blassonmontferrand.jpg

Montferrand et Clermont:

un pavé dans la mare.

 

ecussonasm1925m.jpg Il existait en Auvergne avant 1630 une ville dénommée Montferrand et une autre mentionnée du nom de Clermont,  elles ont été réunifiées  par l’édit de Troyes  en 1630 faisant qu’une rebaptisée Clermont-Ferrand.  De plus aucune n’amalgame de couleurs : la ville de Montferrand c’est  le jaune et le bleu et celle Clermont c’est  le rouge et le bleu. Or  de nos jours quant on évoque la Capitale, elle est abrégée du simple nom Clermont, comme le nom des citoyens « les Clermontois », dont  certains journalistes des chaînes de télévisions se trompent encore en appelant les habitants de la ville de Clermont,  « les Clermontais » très original. Si on demanderait à un étranger  la ville de Clermont sans mentionner la région, cela serait clairement marrant, de quel Clermont qu’il s’agirait. La liste de toutes les villes du même début de nom « Clermont » en France et dans le Monde est long tout comme Montferrand. Donc d’avoir changé l’appellation cela n’a servi à rien, rendons donc  à César ce qui appartient  à César. Dans le précédent article, nous avons volontairement gardé le nom du club : l’AS Montferrandaise. La raison est très simple, Montferrand reste Montferrand, quoiqu’il arrive, de même les Montferrandais restent les Montferrandais. C’est gravé dans l’Histoire de ce club mythique et des supporters Jaunards, fondé en 1911 par la manufacture Michelin pour divertir ces ouvriers. L’Association Sportive Michelin, est devenue  en 1922 l’Association Sportive Montferrandaise afin qu’aucune marque de firme soit représentée dans les activités sportives. Marcel Michelin, le fondateur de l’ASM voulant garder les lettres avait choisi de prendre le nom de l’illustre cité Montferrandaise. Mais aussi, que ces terrains sportifs et ces sociétaires y résidaient  dans cette ville, une revanche pour la ville Montferrandaise. Aussitôt que le Rugby est devenu professionnel, certains élus se sont empressés de jouir de ce club qui est parmi les meilleures  équipes de rugby d’Europe et dans l’élite depuis près de 80 ans, afin d’en faire une vitre pour leur politique, mais aussi d’avoir leur place dans la tribune présidentielle qui est une place offerte par les frais du contribuable. On critiquait la firme d’être impliquée dans le sport, cependant les politiciens de tous bords font tout autant, que ce soit pour le football avec le maire de Marseille, que les mandataires de notre région. C’est facile de s’octroyer l’ASM quant tout est déjà créé, que ce soit les équipements, les infrastructures, les performances, etc ….  Il n’y a plus qu’à balancer de l’argent afin de modifier 80 ans de la même appellation. Ce changement de nom est seulement pour le groupe Professionnel du Rugby Montferrand,  qui est un outil de communication très prisé en termes d’image dans le monde du ballon ovale.  Il suffit de désigner  la région avec un logo sur le maillot comme cela était jusqu’à présent, serait un moindre coût pour le porte-monnaie des contribuables où de favoriser différent sports dans la région.  Les élus du territoire attendent longtemps pour avoir un stade de Foot digne de l’élite, au-lieu de gaspiller de l’argent sur l’ASM, d’autres sports en Auvergne en marquent cruellement : Comme le patinage, les hockeurs qui étaient champion de France avant de redescendre dans les profondeurs du classement,  où le football américain Clermont-Cournon  et  Aurillac  Rugby qui se trouve en Pro D2 dont le président de la Région en était le maire. Mais les mandataires préfèrent mettre le parquet sur ASM Rugby, plus de 400 milles Euros par administrations par an, sans compter les publicités dans les journaux ou sur les grandes pancartes dans les rues lors des finales et des remerciements. Le changement soi-disant était pour la localisation du Club est aberrant , ce n’est pas la ville de Clermont-Ferrand qui l’a fondée, elle a déjà un club : c’est le Stade Clermontois, donc les mandataires socialistes n’ont pas à se pavoiser de L’ASM à leur compte pour des fins politique . L’AS Montferrandaise championne de France,  ne changera pas  la perception économique de la ville de Clermont tout comme cela était magnifier lors l’inauguration du tramway Clermontois, par ces élus. La ville  de Clermont a depuis fort longtemps une image dégradée de l’extérieur, avec la récente polémique du Tennisman Jo-Wilfried Tsonga, pour l’accueil de la Coupe Devis, celui-ci déclare : « J’aurais mieux vu une grande ville » heureusement que l’ancien Président Giscard d’Estaing a eu l’initiative de construire le Zénith d’Auvergne. Nous ne voyons  absolument pas pourquoi, il a fallu modifier le nom du Club, puisque L’AS Montferrandaise a forgé d’elle-même le symbole du Rugby dans le monde de l’Ovalie, dont jouissait la vieille cité Montferrandaise, une reconnaissance pour celle qui a été mangé par l’ogre Clermontois quelques siècles plutôt. Les initiales de l’ASM sont pratiquement devenues une image, alors que le fondateur avait évité que cela se produise en prenant le nom de  la cité Montferrandaise. L’ogre Clermontois a-t-il une nouvelle fois mangé  la cité Montferrandaise ?   «Clermont de Brest », il y a encore des « Mulets Blancs » Montferrandais qui rugissent très fort MONTFERRAND et ASM, ça c’est un gros pavé dans la mare des élus. Tout comme les travaux d’agrandissement du Parc des Sports Marcel Michelin qui n’a pas attendu le Bouclier de Brennus pour poursuivre, alors que les élus Clermontois peinent à avoir un vrai stade de Foot dont le club « Clermont-Foot » n’est pas plus affirmé avec le nom la Commune. La Ville de Clermont-Ferrand est reconnue dans le monde entier par Michelin et son club de Rugby L’AS Montferrandaise, et non à ces incapables élus Clermontois. Qu’est-ce qui sont jaloux ces Clermontois ? Montferrand  mérite d’être une ville à part-entière et ça reconnaissance, cela estime de relancer le débat vieux de plus de 4 siècles chère aux Montferrandais.

Le roi du système D sera le héros par excellence, des Auvergnats.

Si on vous dit Chewing Gum, trombone,  explosion et système D, vous nous dites? MacGyver, bien sûr!

MacGyver, est  la  série américaine des années 80 dont le héros est un jeune scientifique aventurier, intrépide, capable de réparer ou fabriquer à peu près tout avec tous les objets qui lui tombent sous la main, c’est le bricoleur de génie. Celui-ci est intelligent, optimiste, préfère régler les conflits de manière non violente et sans arme à feu: sauf pour assommer ses ennemis ou s’en servir comme clé anglaise. Cette différence est de taille dans un pays comme l’USA où tout le monde descend tout le monde au revolver à six coups. Alors, comment donc, fait-il, pour lutter contre les méchants, MacGyver ne possédant ni P38, ni Beretta ? C’est très simple: il faut disposer seulement d’un couteau suisse « multifonctions », de l’astuce, du courage  des qualités intuitives et surtout une bonne dose de malice. A partir de là, le « Spécialiste du couteau suisse » . fabrique des objets, afin de se sortir de toutes les situations, et même les plus gênantes, c’est le Roi du système D. Mais avant toute chose MacGyver, c’est une musique et un générique qui mettait la plupart d’entre-nous dans une frénésie et berçait notre enfance au moment des premières notes dans nos vieux postes de télévision. Cela commençait  par Tintintintintintintin …, pour tous les fans et adeptes de la série.

Mais quel est  le rapport entre MacGyver et les Auvergnats ?

 

 macgyverreprendduserviceenauvergne.gif

 

A l’heure où les Régions sont encore aux manettes des sociogauchistes, avec des scores peu glorieux, de 53.6% qui se sont abstenus (au niveau National) lors des élections régionales donc 49.76 % en Auvergne. Est-ce la crise économique ou est-ce une opposition absente à droite ? Pourtant la politique de la Gauche socialiste dans les régions est très bling bling. Particulièrement en Auvergne placée au 19e position sur 21,  d’après le magazine économique L’Expansion soulignant que l’Auvergne est « une des régions les plus endettées et les plus fiscalement prédatrices », alors qu’elle était : 8e du temps de Valérie Giscard D’Estaing . RoyRené c’est : 53% de dette au cours des 6 dernières années ; 71% d’impôts, 8 millions d’Euros sur le terrain vague de l’Hôtel de région ,  chute des aides économiques  -29%,  de l’agriculture – 46%. Mais aussi RoyRené Bling Bling 3 véhicules en 3 ans ;  une villa louée aux frais des contribuables ;  25%  de hausse des indemnités des élus ; 126% de dépense de communication en plus ; de 6 sites on passe à 11  pour les services de la Région  donc 216% de loyers payés par les contribuables ; 2 fois plus de vice-présidents nommés… etc. De même les autres présidents, au département JY Gouttebel et de l’agglomération Clermontoise Serge Godard ne sont pas blancs comme neige. Entre train à crémaillère et discordes pour le premier; BSO et les diverses projets et  hausses indémnités des vices-présidents de Clermont Co  et du SMTC pour le second. 

C’est encore des coups durs pour le porte-monnaie des Auvergnats, c’est pour cela qu’ils ont boudés les urnes. Les Bougnats préfèrent peut-être se débrouiller en employant le Système D à la manière de MacGyver en se protégeant ou en se défendant contre des élus incompétents. L’Auvergnat est comme son héros au tournevis facile, « qui ne laisse jamais tomber », et « quand le plan A ne fonctionne pas » pense à un « plan B », tout en ayant dans sa poche un couteau non suisse, mais made in Thiers aussi « multitâches ». L’auvergnat est prudent, il a rempli son cahier « spécial astuces en cas de coup dur » à chaque épisode pour appliquer «  * les théories MacGyverienne », au cas où il ferait face à :

-« Désarmer un missile d’impôts locaux Sociogauchistes avec un trombone et de la gomme MICHELIN;

-  Combler les fuites d’emplois et d’entreprises avec du chewing gum  et de la fourme d’Ambert ;

- Alimenter le Transfo d’une radio à l’aide de jus de Verveine du Velay ;

- Réparer une Région en panne avec un ressort de stylo, de la semence Limagrain et du tripoux Auvergnat ;

- Tambour de frein en Pâte de fruit + liquide frein au vin de Chanturgue + pneu usagé tramway brulé.

- Utiliser un ticket de  match de Rugby enfin d’empêcher une bombe d’impôts d’exploser sur les contribuables ;

- Développer un film antiblingblingsocialiste à l’aide d’un kit de premier secours et du bleu d’Auvergne;

- Fabriquer une loupe en utilisant une épingle à cheveux et une goutte de vin de Saint Verny pour voir arriver le TGV;

- Fabriquer un antidote SOUCHON GOUTTEBEL GODARD avec un pot au feu Auvergnat, du vin chaud et du pain Auvergnat ;

- Créer une forêt à la place du carré Jaude 2 avec les essences d’Auvergne.

- Construire l’Hôtel de Région avec des branches et de la toile de tente  afin de contenter les quelques élus de la Région ;

- Fabriquer un extincteur  pour attiser les flammes de la discorde et les divisions de la gauche en interne avec un sac rempli de Coca Auvergnat + de la bière des Volcans;

- Construire un quai pour la gare Routière avec les tonnes de papiers administratifs du projet « Grande Bibliothèque »;

- Caoutchouc + gravats = consolider les routes auvergnates;

-Remplir une bouteille d’eau thermale, + remplacer le contenu d’une gélule  MSD Chibret par du sodium = détruire le projet boulevard sud-ouest;

Journal officiel de la Pravda, engrais Limagrain, broderie auvergnat, sève de pomme de pin et bouteille d’eau de source des montagnes d’Auvergne=  Projet train à crémaillère en fumée;

- Miel d’ Auvergne + lait cru de Salers + goutte de résine de pins = fumigène antipseudoécologauchistes ».

Le pays du Bougnat pourrait de nouveau être balayé par un vent de débrouillardise en ces temps de récession sociogauchiste Bling Bling, donc les Auvergnats sont tous devenus des MacGyver par excellence.

coursolle6p.jpg    vic14603.jpg

Le Canif Coursolle Thiers n’a pas à rougir devant le couteau Suisse victorinox.

Si demain les sociogauchistes ne sont plus aux affaires dans les différentes instances, et c’est ce que nous souhaitons tous,  nous retrouverons le confort de nos vies confortables, ce retour de MacGyver n’aura plus de raison d’être. Parce que, d’accord, c’est bien sympa de savoir construire l’Hôtel de Région avec des branches et de la toile de tente avec les deux ou trois détritus en se baladant dans les rues de Clermont, où d’avoir dans ses poches des capsules de bouteilles vides de Coca Auvergnat afin de désamorcer des bombes d’impôts Sociogauchistes et une ramette de jambon d’Auvergne, de la terrine et du pâté d’Auvergne dans le coffre du 4×4 pour, éventuellement, fabriquer de manière artisanale une plate-forme d’atterrissage pour l’aéroport d’Aulnat. Mais, convenons, c’est tellement plus chouette encore de se laisser aller à la dégustation d’un cocktail aux saveurs fruitées d’hydromel, de liqueur, de pommes, de gentiane noyé dans de l’eau de Vichy, du haut du sommet du Puy-de-Dôme.

 Merci à toi MacGyver.

http://www.dailymotion.com/video/x47nqk

* Les astuces ont été en partie tronquer afin d’éviter que les enfants ne puis les refaire.

Sources:

le post.fr

web libre

Le Topiteur

MacGyver coin télé

canif de poche Coursolle

Couteau suisse

123

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
juillet 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Sondage

la ligne de tramway est-elle bruyante pour les riverains?

  • oui (81%, 4  942 Votes)
  • non (19%, 1  195 Votes)

Nombre de votants: 6137

Chargement ... Chargement ...

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


Si! ci toi ! |
Aider les enfants en diffic... |
INFOBENIN |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MY SECRETS
| melimelo
| francesondage