• Accueil
  • > Recherche : volcan endormi

Résultats de la recherche pour ' volcan endormi '

Le Puy-de-Dôme, le « Géant des Dômes ».

chainedespuys.jpg

Le puy de Dôme 1465 mètres est un volcan endormi de la chaîne des Puys, qui se trouve dans le Massif central, dans la région Auvergne. Il se situe à une quinzaine de kilomètres de Clermont-Ferrand et a offert son nom au département du Puy-de-Dôme. En occitan son nom se dit Puèi de Doma / Puèi Domat. La chaîne des Puys, aussi appelée Monts Dômes, est un ensemble volcanique s’étirant sur plus de 30 km. La Chaîne des Puys est devenue en 2000, un site classé est située dans le Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne, elle est traversée par un sentier de grande randonnée, le GR4, qui relie l’Atlantique à la Méditerranée.Orientée nord-sud parallèlement à la faille bordière qui limite la plaine de la Limagne à l’ouest, la chaîne comporte une centaine de volcans appelés puys.

Géologie de la chaîne des puys avec ces 80 volcans.

Ces volcans datent de l’ère quaternaire, les premières éruptions ont eu lieu aux alentour 70 000 ans, les plus récentes il y a moins de 8000 ans, cela veut dire d’après les experts scientifiques, qu’une reprise de l’activité volcanique dans cette région n’est pas impossible. Certains de ces puys ont des cratères, d’autres pas. Au centre de la chaîne des Puys, le puy de Dôme avec ces 1465 m domine nettement ses voisins puisqu’il s’élève à 600 m environ au-dessus du plateau (environ 800 m d’altitude) sur lequel ils sont tous situés (les autres ne dépassant pas les 200 m). Les autres puys sont du nord au sud :

  • Le lac-cratère (ou maar) du gour de Tazenat,
  • Le puy de Montiroir,
  • Le puy de Chalard,
  • Le puy de Beaunit,
  • Le puy de Verrière,
  • Le puy de Paugnat,
  • Le puy de la Goulie,
  • Le puy de Lespinasse,
  • Le puy de la Nugère,
  • Le puy de Louchardière,
  • Le puy de Jumes,
  • Le puy de la Coquille,
  • Les puys des Gouttes et Chopine,
  • Le puy de Lemptegy,
  • Le puy de Chaumont,
  • Le Petit-Sarcouy,
  • Le Grand-Sarcouy,
  • Le puy des Goules,
  • Le puy de Pariou,
  • Le Cliersou,
  • Le puy de Côme,
  • Le Grand Suchet,
  • Le petit Suchet,
  • Le petit puy de Dôme,
  • Le puy Besace,
  • Le puy Grosmanaux,
  • Le puy Montchier,
  • Le puy de Barme,
  • Le puy de Larchamps,
  • Le puy Mercœur,
  • Les puys de Lassolas et de la Vache,
  • Le puy de Charmont,
  • Le puy de la Rodde,
  • Le puy de Monténard

Un peu à part, plus à l’est, près de Royat, se trouve le puy de Gravenoire, juste en bordure de la faille.

Trois caractères de volcans.

Le modèle strombolien, le plus fréquent dans la chaîne : le cône est formé par l’accumulation des scories éjectées appelées « pouzzolane » dans la région, au sommet se forme un cratère, quand la pression devient trop forte, des coulées de laves sont émises formant ce que l’on appelle des « cheires ». La lave étant généralement assez fluide, ces coulées peuvent être très longues, certaines, en barrant le lit d’une rivière, peuvent former des lacs, comme exemple lac d’Aydat.

Le modèle peléen se forme par l’extrusion progressive d’une lave très visqueuse, s’accumulant en forme de dôme. Le dôme peut exploser brutalement libérant des gaz : les nuées ardentes qui partent à l’horizontale à très grande vitesse, détruisant tout sur leur passage. Aucun cratère n’est visible, il n’y a pratiquement pas de coulée de lave, celle-ci étant trop visqueuse, le puy de Dôme est de ce modèle là, un volcan explosif de type péléen endormi depuis environ 12 000 ans. Il est constitué de deux blocs de trachyte emboîtés, fruits de deux éruptions successives. Il repose sur un plateau granitique situé à 1 000 mètres d’altitude, comme tous les volcans de la Chaîne des Puys. Au sud-ouest à côté du col de Ceyssat, il y a 8 500 ans, l’éruption du cratère Kilian l’a recouvert de projections. Le poids du volcan est estimé à 1 200 000 tonnes pour un volume d’un million de mètres cubes. Le puy de Dôme est le sommet le plus connu de ce type, mais il y en a quelques autres : le puy Chopine, le Grand-Sarcouy.

Le modèle des maars qui sont des dépressions, généralement formant aujourd’hui un lac, résultant de l’effondrement du plateau sous l’effet d’une éruption phréatique : par exemple, le gour de Tazenat.

La nature volcanique a été déterminée par Jean-Étienne Guettard (1715-1786) en 1752 , appelé des monts en forme de « taupinières ». Après des contestations, Malesherbes attribua définitivement la paternité de cette découverte à ce dernier.

Histoire du « Géant des Dômes ».

Un lieu dédié aux divinités.

Les Gallo-Romains ont construit à son sommet un temple dédié à Mercure Dumias, installé au Ier ou au IIe siècle sur l’emplacement d’un ancien temple gaulois, et dont le rayonnement dépassait de loin les limites du territoire arverne. Il fut abandonné vers le IIIe ou IVe siècle et a été redécouvert en 1873 lors de la construction d’un observatoire atmosphérique. Selon Pline l’Ancien, ce temple était orné d’une statue monumentale du Dieu Mercure, œuvre du sculpteur grec Zénodore vers -60, mais aujourd’hui, il n’y a aucune preuve de son existence.

Voir: http://lesirreductiblesgaulois.unblog.fr/2008/02/01/vercingetorix-guerrier-roi/

L’expérience de Blaise Pascal et le premier laboratoire permanent de météorologie de montagne.

En 1648, Blaise Pascal fit réaliser par son beau-frère Perrier l’expérience dite du puy de Dôme, pour démontrer que le phénomène connu à l’époque sous le nom de « suspension des liqueurs » n’était pas dû au principe aristotélicien de « l’horreur du vide » mais au contraire à l’existence d’une pesanteur de l’air, la pression atmosphérique. Le 22 juillet 1876, Émile Alluard fonde, au sommet du puy de Dôme, le premier laboratoire permanent de météorologie de montagne. Il existe toujours une station d’étude météorologique dépendant de l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand.

Une éruption pour saluer l’arrivée Napoléon III et l’Impératrice.

En 1862, une éruption artificielle devait saluer la venue de Napoléon III et de l’Impératrice : 600 fagots, 20 chars de bois, 1 tonne de résine et d’huile … mais le résultat ne fut qu’une grosse fumée !

Du chemin de fer à rail central en passant la route automobile pour revenir au chemin de fer.

En 1906 fut entrepris la construction d’un chemin de fer à rail central qui reliait la place Lamartine de Clermont-Ferrand (altitude 390 mètres) à une plateforme artificielle proche du sommet à 1 414 mètres. La ligne avait une longueur de 14,7 km et ce chemin de fer circula de 1907 à 1926. La route à péage actuelle qui mène au sommet fut inaugurée le 12 juillet 1926 et mit fin à l’accès par voie ferrée avec un coût d’exploitation toujours resté déficitaire. Et dire qu’aujourd’hui les élus du conseil général du Puy-de-Dôme, vont le remettre.

Voir: http://lesirreductiblesgaulois.unblog.fr/2008/05/31/le-marxisme-selon-les-trois-presidents-ps/

L’exemple du tram de Clermont qui a aussi un coût d’exploitation déficitaire

voir: http://lesirreductiblesgaulois.unblog.fr/2008/07/12/les-fantasmes-du-smtc-et-de-la-t2c-sont-sur-de-bons-rails-a-la-cle-un-deficit-du-compte-administratif-du-smtc/

http://lesirreductiblesgaulois.unblog.fr/2008/03/07/le-gouffre-financier-de-la-maintenance-du-tramway-clermontois/

Le prix Michelin.

Il a été créé par les frères Édouard et André Michelin le 6 mars 1908 et récompensa d’une somme de 100 000 francs le premier pilote qui en partant de Paris poserait son avion sur le sommet du puy de Dôme. Le 7 mars 1911, Eugène Renaux accompagné d’Albert Senoucque remporte le prix. Une stèle érigée en 1923 commémore cet exploit. À l’époque, une telle distance n’avait jamais été parcourue en avion. Cette tentative victorieuse faisait suite à celle de Charles Weyman qui se posa à Volvic le 7 septembre 1910 et à celles des frères Morane qui s’écrasèrent à Boissy-Saint-Léger le 5 octobre 1910.

Le Tour de France.

Le puy de Dôme a accueilli plusieurs étapes du Tour de France. La première arrivée eut lieu en 1952 avec la victoire indiscutable de Fausto Coppi. L’année la plus mémorable restera sans doute 1964 avec le coude à coude opposant Jacques Anquetil et Raymond Poulidor.

Voir: http://lesirreductiblesgaulois.unblog.fr/2008/07/29/la-magie-du-tour-de-france-en-auvergne/

Le pylône TDF.

En 1956, un pylône TDF, haut de 73 mètres, a été installé. Destiné à supporter les antennes de diffusion des programmes audiovisuels, il est devenu aujourd’hui un symbole de ce volcan et permet de le reconnaître de très loin.

Tourisme.

Le puy de Dôme est un des lieux les plus visités d’Auvergne avec près d’un demi million de visiteurs par an. C’est notamment un lieu de décollage pour de nombreux adeptes du parapente.Deux moyens peuvent être utilisés pour le gravir : d’une part un large chemin pédestre, dit le sentier des muletiers, partant du col de Ceyssat (1 078 m) et conduisant par une succession de lacets au temple de Mercure (1 450 m) et d’autre part une route à péage de 6 km à 12 % s’enroulant autour du puy et permettant de monter en voiture (ou en bus en été afin de limiter le trafic et de préserver l’environnement). La route n’est accessible aux vélos que certains jours, le mercredi et le dimanche de 7 à 9 heures du matin descente comprise.
L’accès pédestre nord (par le GR4) est facilité par l’installation de marches en bois qui vous permettront de rejoindre la route (à suivre sur 200 mètres jusqu’au sommet) qui finira de vous amener vers le sommet.

voir:

http://lesirreductiblesgaulois.unblog.fr/2008/08/10/le-train-du-puy-de-dome-entre-paperasses-et-disneyland/


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
décembre 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Sondage

la ligne de tramway est-elle bruyante pour les riverains?

  • oui (81%, 4  942 Votes)
  • non (19%, 1  195 Votes)

Nombre de votants: 6137

Chargement ... Chargement ...

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


Si! ci toi ! |
Aider les enfants en diffic... |
INFOBENIN |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MY SECRETS
| melimelo
| francesondage